Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Dim 17 Fév 2008 - 21:54

Chose promise, chose dû et dans les délais s'il vous plait !


Dernière édition par Sstevee le Lun 25 Fév 2008 - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Dim 17 Fév 2008 - 21:58

SIMILIS ET SIMILITUDES

QUATRIÈME PARTIE : LA TUEUSE DE DRAGON



Nalicia - Anarstrasz

Le monde semblait s’être arrêté de tourner, Nalicia, l’air impassible et le torse bombé regardait la trolle sans la lâcher des yeux ne serait-ce qu’un instant. Habillée d’un long manteau d’ébène qui lui servait pour ses missions d’infiltrations, il la recouvrait des pieds jusqu’au cou, ample mais pourtant près du corps, personne ne connaissait l’origine de ce manteau mais une chose était sur : Nalicia ne le quittait jamais. Alors qu’elle se trouvait devant la cabane, Kyoto et Thobrak étaient quant à eux en arrière, bien en retrait et occupés à lécher leurs blessures. Ananxig le mage restait pour sa part introuvable. Tant de problèmes et apparemment aucune solution, Nalicia faisait cogiter ses cellules grises à plein régime pour trouver une issue possible mais rien ne venait… son front reluisait de transpiration alors qu’elle regardait tour à tour les gangr’orcs et la trolle, cette dernière, alors qu’elle la dévisageait derrière ses lunettes noires, semblait avoir toutes les peines du monde à se contenir. En plein centre de la clairière, elle semblait si fougueuse, si impatiente… avec son petit sourire en coin et ses défenses aussi nettes que de l’ivoire polie, elle exécutait de petits sauts sur place, remuait les épaules où bien frappait l’air de ses poings, comme si elle s’échauffait mais pourquoi agir de la sorte ? L’affrontement était-il inévitable ? Nalicia ne refusait jamais un combat mais avec toutes les conséquences qu’il y avait en jeu, notamment la survie de plusieurs de ses compagnons, elle ne savait guère comment réagir. Elle n’en pouvait d’ailleurs plus de réfléchir, cette assurance arrogante la mettait mal à l’aise mais alors que la présence des gangr’orcs ne le dérangeait pas outre mesure, cette seule et unique trolle ne lui inspirait que de mauvaises choses…
– C’est vrai, murmura Nalicia. Des centaines d’orcs ne me font pas peur, d’un seul revers de la main je pourrais en abattre rien qu’une dizaine… mais cette fille me glace le sang…
Se mettant de profil, la trolle lança son bras droit puis le mettant à l’horizontal, elle déploya sa main et de deux doigts, elle fit signe à Nalicia de venir à elle, comme de défi. Impassible, Nalicia fut cependant surprise d’une telle attitude. Derrière l’effrontée, les orcs ne bougeaient plus et attendaient apparemment, eux aussi la suite des événements.
– Pourquoi tout cela l’amie ? Je n’arrive pas à comprendre… il parait que je suis la source de tout cela alors j’aimerai que tu m’expliques un peu qui tu es et surtout, ce que tu me veux…
Elle arrêta de s’agiter, renâcla puis cracha par terre. Son sourire s’effaça et derrière ses lunettes noires, elle ferma les yeux en soupirant. Se repositionna de façon droite, elle rompit sa garde et haussa les épaules.
– Je suis plus à l’aise quand il s’agit de donner des coups mais il est vrai que ce serait très impoli de vous faire mordre la poussière avant même de vous parler un peu de moi… je n’ai certes pas pris cette peine avec votre ami Thobrak mais je pars du principe simple qu’un combattant qui se fait mettre à terre en dix secondes ne mérite pas que l’on perde de temps avec lui.
– J’échappe donc à cette règle ? Combien de temps pensez-vous que je vais tenir ?
Elle fut apparemment satisfaite de la question et pointa un gros doigt en guise de réponse.
- Je vous donne une minute !
Nalicia pris un air dégagé, croisa ses bras puis mit ses mains sous ses aisselles ; la réponse l’amusait. Elle savait que le temps lui était compté mais l’inquiétude avait cédé à l’excitation et comprenait désormais pourquoi Thobrak avait parlé de similitudes… elle se reconnaissait dans cette insolence et cette causticité.
- Voyez-vous ça… mais dites m’en plus… une trolle à la tête de gangr’orcs de la Légion Ardente ça ne se voit pas tous les jours, j’aimerai en savoir plus, votre clan, votre nom… que je sache qui je vais tuer…
La trolle passa sa langue sur sa lèvre supérieure et afficha un sourire ravi.
- Intéressant… mais comme je l’ai dit auparavant, je ne suis pas très à l’aise pour les discours. Pour faire simple, je ne suis qu’une Darkspear embringuée dans une sale histoire, un peu voleuse, un peu archéologue, chasseur de primes à mes heures perdues ou carrément pilleuse de tombe, pour le reste je m’appel Anarstrasz…
Le nom l’a fit frémir, elle ne connaissait que trop bien ce genre de consonance… cela sonnait trop draconique à son goût…
- Oh je vous rassure, poursuivit Anarstrasz. Je ne suis pas un dragon caché dans le corps d’une trolle… j’ai quittée mon village natal il y a bien trop longtemps pour que je puisse me souvenir de mon véritable nom… ne faites pas cette tête, voyons, j’ai l’avantage de pouvoir en changer à ma guise et pour être franche, je récupère celui de ma dernière victime après lui avoir pris sa vie… c’est une sorte d’hommage…
Nalicia fut rassurée dans un premier temps… et puis elle comprit. Elle comprit que si la dernière victime de cette trolle portait le nom d’Anarstrasz, cela voulait dire qu’elle aurait prise la vie d’un…
- D’un Dragon Rouge, c’est bien ce à quoi vous pensez chère Nalicia… j’ai eu le privilège de tuer l’un de ces monstres… mais assez parlé de moi… si je suis ici, à votre recherche, ce n’est que pour une chose : vos similis !
Nalicia écarquilla les yeux ; cette fois-ci, le monde venait bel et bien de s’arrêter pour Nalicia. Un coup de dague en plein cœur n’aurait pu lui faire plus de mal. La bouche pendante, le corps soudainement tremblant, elle fut parcourue de spasmes douloureux alors que le duvet de sa peau se hérissait douloureusement. Sa respiration se fit alors nerveuse et saccadée tandis qu’au creux de son cerveau, une petite voix ne cessait de lui répéter sur un ton moqueur : elle sait, elle sait, elle sait…
- Je sais tout de vous Véronica Von Karma alias Nalicia, il y a des années que je suis en quête de vous et je n’ai qu’une seule obsession, percer les secrets de la Boite de Deumeus et des Similis qu’elle contiendrait d’après la légende !
- Assez !
Nalicia plaqua ses mains contres ses oreilles et tomba à genoux. Elle sentait les battements de son cœur se faire de plus en plus violents et douloureux.
- Assez ? répondit Anarstrasz. A qui vous adressez-vous Nalicia Von Karma ? A moi… ou à vos Similis ?
- La ferme ! La ferme ! La ferme tous autant que vous êtes !
Elle ferma les yeux violement et resserra l’étreinte qu’elle portait sur ses oreilles… autour d’elle les gangr’orcs s’étaient mis à grogner, certains même riaient… elle voulait absolument se couper du reste du monde mais plus elle tentait de faire ainsi, plus les voix dans sa tête résonnaient avec force. A la voir ainsi, Anarstrasz se mit à rire de façon sonore mais ne perdit cependant pas un instant pour continuer.
- Je sais qui vous êtes, dit-elle. La femme aux multiples âmes pour un seul et unique corps, la maîtresse de la boite traqueuse d’âmes… même si je ne suis pas parvenue à percer toutes les facettes de votre âme, je sais que sommeil en vous au minimum trois entités. Hawaxe, un démoniste réprouvé et Xiocco, une paladin elfique… tout cela n’étant bien sur rien à coté de mon préféré… vous savez sûrement de qui je veux parler ? Un Nathrezim tombé au combat dont l’âme errante a été captée par la Boite de Deumeus, mais si Nalicia, en deux mots, le premier commence par un « M », le second par un « G »… vous ne voyez pas ? Je parle de…
– Il suffit ! interrompit Nalicia d’une voix forte et claire. Prononcez son nom et le malheur s’abattra sur nous deux… qu’espérez-vous en agissant de la sorte ? Le faire apparaître ? Si je perds le contrôle sur lui, il sera invoqué et il nous tuera tous !
Elle tomba la tête la première au sol et se replia sur elle-même, tout à coup terrorisée. A la voir prostrée de la sorte, des rires s’élevèrent de partout, gutturaux et informes, des rires de gangr’orcs… des moqueries qui finirent de la mettre à mal. Anarstrasz, quant à elle, effaça le sourire qu’elle avait sur ses lèvres et fit un signe discret à ses orcs. A ce signe entendu, les rires redoublèrent…
- Je me moque de votre malaise, reprit-elle. De votre peine, de vos malheurs… je me moque de tout ce qui pourrait émaner de vous et je ne parle même pas de votre existence que je méprise à un point que vous ne pouvez même pas imaginer…
- Alors que me voulez-vous ! hurla Nalicia en relevant la tête.
Elle haletait comme un animal traqué, la bave aux lèvres et la peur au ventre, elle planta ses ongles dans la terre qui s’enfoncèrent comme si elle les avait enfoncé dans une motte de beur. Anarstrasz lu dans ces yeux une multitude de sentiments… folie, terreur, panique… mais pas celui qu’elle recherchait… elle continua donc…
Elle se remit en position. De profil, jambes et genoux orientés vers l’arrière, la main droite près du visage, à quelques centimètres du nez et le bras gauche lancé vers l’avant avec le coude à demi-plié. Elle ne le provoquait plus mais se préparait bel et bien au combat.
– Je ne puis vous dire ce qui me pousse à agir de la sorte pour le moment, lança Anarstrasz. Ma quête intérieure, dans le meilleur des cas, s’achèvera sur votre défaite ou alors en sera grandement avancée. Mes poings vous mettrons en pièces et mes pieds vous feront mordre la poussière Nalicia, je n’ai cure du combat qui oppose l’Alliance à votre Horde et seule la rançon de sagesse me pousse à agir de la sorte. Vous mettre au tapis me délivrera de mes démons… êtes-vous prête ?
Nalicia, dans un état second, ne se souciait que très peu de cette insolente et pensait plus à elle, à sa propre survie et alors qu’elle faisait tout pour garder son calme et la maîtrise de ses sentiments, le sort de ses compagnons vint soudainement l’obséder. Kyoto en décomposition, Thobrak inconscient, Ananxig aux abonnés absents ; si elle était prête ? Nalicia se moquait bien de savoir si elle était la clé cette imbécile, elle n’avait guère de temps à perdre à des enfantillages car beaucoup de choses pouvaient dépendre des minutes qu’elle perdait en compagnie de cette trolle qui semblait si bien la connaître, elle et son terrible secret…
– A voir vos yeux vous ne céderez pas même si je vous fais la faveur de le demander poliment… je vais alors devoir vous éliminer sans perdre davantage de temps !
Une ombre se posa sur le visage de Nalicia alors que, les genoux toujours à terre, elle tendit sa main, paume ouverte vers le ciel. Sous les yeux éberlués d’Anarstrasz, son bras se convulsa et changea de forme, de couleur, il grossit jusqu’à ce devenir celui d’une autre créature. Son visage aussi se métamorphosa, tout du moins une partie mais avant qu’Anarstrasz pu mettre un nom dessus, Nalicia prononçait une syllabe de pouvoir inaudible pour des oreilles non-initiées et une sphère d’énergie pourpre et brillante apparu entre ses doigts. D’abord minuscule comme une bille, elle grossit en un instant, relâchant des arcs électrique pures aux alentours. Dans un mouvement vif comme l’éclair, elle allongea son bras puis poussant un cri bestial, la sphère incandescente fut projeté droit en avant. Elle fila comme une étoile filante mais Anarstrasz, bien loin d’être prise au dépourvu anticipa l’attaque et se préparait déjà à parer le coup. La boule parvint à destination et alors que Nalicia s’attendait déjà à voir exploser son adversaire en milliers de particules, cette dernière abattit verticalement le tranchant de sa main et dévia ainsi l’attaque. Éclatant à ses pieds, la boule d’énergie fit exploser une parcelle de terrain et souleva un épais nuage de poussière. Hébétée par une telle façon de faire, Nalicia ne vit même pas arriver la suite des événements. Entourée de fumé, Anarstrasz, sans aucune ouverture, poussa sur sa jambe gauche puis se projeta en avant pour attaquer. Levant sa jambe droite à une quasi verticale, elle l’abattit in peto sur le crâne de son adversaire lorsqu’elle fut à porter. Le coup fut violent et ne se rendant même pas compte du sort qu’elle vivait, Nalicia plongea tête la première pour aller mordre la poussière. D’une agilité prodigieuse, Anarstrasz venait de parer son attaque d’une façon déconcertante en enchaînant un coup de pied d’une extrême puissance. A terre et le regard plongé vers le sol, Nalicia ne comptait pourtant pas en rester là et se releva immédiatement, malgré la douleur qui lui broyait les cervicales. C’est à ce moment là que Anarstrasz, désormais face à lui, abattit son coude sur sa nuque. Dans un cri étouffé, Nalicia tomba à terre puis tomba dans l’inconscience.
– Je serai déçue si vous ne vous relevez pas…
Elle lui tourna le dos puis revint se mettre à la place qu’elle occupait lorsque Nalicia avait attaqué. S’asseyant alors, elle sortit un ocarina de sa poche puis fermant les yeux, elle se mit à jouer un air langoureux. Plongeant toute la clairière dans une étrange atmosphère de tranquillité, même les orcs se calmèrent et ne parurent plus autant impatient. La musique, douce et lascive, parvint jusqu’aux oreilles inconscientes de Nalicia. Dans un mouvement apathique, elle se mit sur ses genoux puis à l’aide de ses bras, elle parvint enfin à se mettre debout. Sa vue était trouble et malgré la douleur, elle regardait face à elle et Anarstrasz ne cessa pas de jouer malgré le fait qu’il soit de nouveau sur ses jambes. Respirant par saccades, Nalicia glissa une main dans ses cheveux, à la source de sa douleur et rencontra une masse poisseuse du à l’écoulement d’un liquide incertain. Ecarquillant les yeux en voyant sa main teintée de rouge, elle comprit alors la source de son mal et la nature de cet amas gluant qui trônait en haut de son crâne endolori. D’un battement de cil, Nalicia fit disparaître le voile de brume qui obscurcissait sa vision depuis peu ; elle vit alors son adversaire, responsable de sa chute, assise tranquillement sur un tertre et jouant d’un instrument d’où s’élevait un son aussi irritant pour les oreilles que pitoyable par son allure.


Dernière édition par Souleazer le Mer 12 Mar 2008 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Dim 17 Fév 2008 - 22:00

– Je suis sur que tu as du faire bien des bêtises dans ta courte existence… mais faire couler le sang du plus terrible des démons sera sûrement ta plus grande et plus fatale erreur !
Soudain, il n’y eut plus de musique et sous les yeux intéressés de son joueur, l’ocarina s’éleva alors doucement dans les airs. Crispant les doigts de sa main droite, d’une main droite qui appartenait à un nouveau bras à la peau blanche et délicate, comme celle d’un mage, Nalicia le fit parvenir jusqu’à elle à grande vitesse en utilisant une technique proche de la télékinésie. Se logeant dans le creux de sa main, l’instrument de musique fut broyé avec autant de facilité que le serait un casque de fer blanc sous les coups de la plus terrible des masses d’armes. Plus amusée qu’inquiétée, Anarstrasz se leva puis fit craquer les articulations de son dos en se courbant sur le coté. Sans lâcher des yeux son adversaire, elle se remit à effectuer ses fameux petits sauts sur place.
– Misérable larve ! fit Nalicia. Ne t’impatiente pas de la sorte, j’arrive !
Il n’y avait en elle plus aucun signe de paix intérieure, plus de doute et encore moins de peur. Ses yeux luisaient d’une inquiétante lueur de haine envers tout ce qui pourrait se trouver sur sa route. Une ombre couvrit son visage et sa mâchoire semblait sur le point de se rompre sous la pression de sa colère ; Nalicia n’était plus Nalicia… elle venait de sombrer dans la démence la plus singulière et ne désirait plus qu’une seule chose : tuer celle qui venait de la tourner en ridicule.
– Je vais prendre un plaisir tout particulier à te voir mourir les entrailles à l’air ! Je vais te faire l’insigne honneur de te présenter à celui dont j’ose à peine prononcer le nom !
Nalicia, ou plutôt la monstrueuse bête sauvage qui venait de prendre sa place, mis un pas en avant et sous son emprunte la terre se craquela. Tremblante, elle écarta ses bras et courbant l’échine, elle poussa un hurlement sonore et terrible. Aux alentours, les oiseaux s’envolèrent, les animaux se cachèrent et la forêt elle-même sembla attendre la suite des évènements. Anarstrasz, jusqu’alors si sur d’elle, se concentra et se remis en position de combat. Elle passa un pouce rapide au bout de son nez qui se mit bizarrement à crépiter sous la caresse du cuir rouge et noir.
"Voilà le moment que j’attends depuis beaucoup d’années Nalicia… merci"
– Je t’ai mesurée, je t’ai pesée, et tu me semble digne de mourir de sa main… tu sais de qui je veux parler bien sur… c’est en deux mot, le premier commence par un « M » et le second par un « G ». Plutôt facile avec un tel indice…
A mesure qu’elle parlait, la voix de Nalicia tombait et devenait de plus en plus grave. Son timbre, naguère identique à celui du plus enchanteur des troubadours, fit lentement place à un soufflement lourd et guttural. Sa figure et ses membres, son corps tout entier, une transformation des plus inattendue s’opérait sur une femme qui, encore quelques secondes auparavant s’était retrouvée dans la position du vaincue. Ses cheveux s’assombrirent puis disparurent, laissant place à deux immondes cornes alors que sa peau virait à une couleur rouge cramoisie, les pupilles de ses yeux s’effacèrent pour laisser place à deux rubis aux reflets autant cruels que ténébreux. Sa peau s’assombrit à son tour et le sourire carnassier qu’il s’entêtait d’afficher se métamorphosa en un rictus glacial et assoiffé de sang. Ses doigts s’allongèrent, ainsi que ses bras et ses jambes. Nalicia gagna en corpulence et en taille et pour finir, ses ongles et ses lèvres s’obscurcirent et se colorèrent de la même couleur que sa peau, d’un rouge maléfique.
Le corps d’Anarstrasz fut parcouru de frissons au moment ou celle-ci comprit que la métamorphose était achevée. Alors qu’elle ne désirait qu’une seule chose, se battre contre l’entité qui venait de prendre la place de Nalicia, elle se retrouvait face à une créature dont on ne pouvait même pas murmurer le nom.
– Dépêchez-vous… il me tarde de commencer…
– Tu es pressée gamine ? Je pensai que ma seule vu te terroriserais… je suis intrigué. Nalicia te l’as dit… tu as été jugé digne de moi… et pour une fois je suis d’accord avec elle… alors prépare toi !
Le démon acheva sa phrase d’un hurlement bestial et plaçant ses mains sur la partie supérieure de son habit d’ébène, il le déchira avec la facilité la plus infantile. Alors qu’il n’en restait que des lambeaux, son torse mis à nu apparu au grand jour. D’une maigreur presque rachitique, il s’harmonisait pourtant parfaitement avec ses autres membres. Pour parachever la métamorphose, il se courba puis déploya une paire d’ailes noire, sans reflet et aux proportions démesurées dont la coupe rappelait celle d’une chauve-souris.
Nalicia avait disparu, laissant la place à une entité ténébreuse, dénuée de sentiments autre que la barbarie et l’envie de tuer. Il se dégageait en outre de lui une aura d’infini souffrance qui teintait la propre vision d’Anarstrasz d’un rouge sans espoir et impie. Cette dernière cligna des yeux pour tenter de retrouver la maîtrise de sa vision mais rien n’y faisait, elle voyait face à lui une bien piètre caricature d’être humain, ailée et auréolée d’un voile sinistre qui rougeoyait de la plus terrifiante des façons. Frémissante, suante de terreur et d’excitation, elle avait devant elle l’incarnation même de la peur et la créature qu’elle traquait sans relâche depuis une éternité.
« Le sang de ceux que tu as tué par le passé réclame vengeance… je ne pensais pouvoir accomplir ma destinée car tu es tombé sous les assauts de Frostmourne en Northrend… mais la Boîte de Deumeus, en capturant ton âme m’a donné l’occasion et l’honneur d’accomplir ma destinée… je crois vivre le plus beau jour de ma vie… »
– Tu es toujours avec moi gamine ? Tant que j’y pense… il y a trop de spectateurs à mon goût… tu en dis quoi ?
Anarstrasz sortie de ses réflexions ; la créature aillée plaça ses mains face à son torse puis sans même se concentrer, il fit apparaître une sphère de lumière, grosse comme un œuf de dragon.
– C’est parti ! lança-t-il en éclatant de rire.
De la sphère d’énergie jaillirent une multitude de serpentins multicolores qui aillèrent frapper les orcs aux alentours. Transperçant les uns à la tête et les autres en plein cœur, en un instant ce fut la panique dans les rangs des peaux rouges. Implacable, chaque rayon cherchait et tuait en une seconde. Les pertes furent terrible et ceux qui tombaient à terre, simplement blessés, se voyait l’instant d’après frappé d’un second trait de lumière.
Etrangement, aucune attaque ne visait Anarstrasz elle-même qui, tétanisée, regardait ses guerriers se faire massacrer l’un après l’autre. Devant cet atroce spectacle, elle sentit son estomac se serrer et à chaque fois que l’un d’eux s’écroulait, c’était pour elle comme un coup au cœur. De ses yeux gris les larmes perlèrent en un instant et totalement désarmée par ce qui se passait, elle hurla toute son impuissance.
– Nalicia je t’en pris !
Mais lui n’en pouvait plus de rire. Vingt secondes passèrent et tout fut terminé.
– Allez c’est bon j’arrête, regarde, hop ! Tada !
La créature éloigna ses mains l’une de l’autre et la pluie d’énergie cessa aussi tôt. Sans soulever un seul gramme de poussière, il venait de mettre à mort une centaine d’orcs.
– T’as vu ça gamine ! Moins de trente secondes ! Roulement de tambour… c’est un nouveau record ! Qu’est-ce qu’on s’éclate…
Il s’esclaffait mais Anarstrasz ne s’en occupait même plus. Titubante et tenant à peine debout, il ne restait plus rien de l’Anarstrasz arrogante et impétueuse qui avait tournée Nalicia en ridicule un instant auparavant. Tombant à genoux devant la dépouille sans vie d’un orc qui se trouvait à proximité, elle abattit ses poings contre le torse inerte de la peau rouge qui s’ébroua à peine sous le choc.
– Pourquoi ? Par tous les Dieux… pourquoi avoir fait ça !
Avachie sur le mort, elle répétait cette même question et à chaque fois, elle le frappait de toute sa rage, pleurant toutes les larmes de son corps et vraisemblablement de son cœur. La créature démoniaque qui leur avait servi de bourreau arrêta finalement de rire. Apposant ses mains démesurées contre ses hanches, il tenta d’attirer l’attention de son adversaire en la sifflant.
– Ce n’est pas que je m’ennuie gamine mais j’ai une correction à t’infliger…
Se redressant, Anarstrasz retira ses lunettes d’ingénierie aux verres teintés et passa un bras sur son visage pour en essuyer ses larmes. Reniflant et hoquetant, elle se remit tant bien que mal de ses émotions mais ne pu s’empêcher d’échapper un sanglot en parlant.
– Tu dois être drôlement fier de toi pour afficher une tronche pareille…
– Plutôt oui. Mais c’est surprenant de voir une trolle comme que toi, une Darkspear je veux dire, pleurer sur le sort de ces racailles de la Légion.
– Abruti ! échappa-t-elle avec rage. Tous ces orcs, naguères esclaves de la Légion Ardente, se sont rebellés et échappés de leur prison hors temps et espace, en Draenor. Tu comprends ce que je veux dire ? Ces orcs n’étaient plus des guerriers, ils souhaitaient découvrir autre chose… et je leur avais promis… je… je leur avais promis de les aider à trouver ce quelque chose s’ils me servaient d’escorte pour rencontrer Nalicia.
La créature se pencha en avant puis, frottant ses yeux de ses mains pour faire mine de pleurer, elle bafouilla d’un air moqueur se qu’elle pensait de la situation.
– Bouh, mes orcs sont morts, ça c’est pas gentil…
Alors que l’on se moquait de son désespoir, Anarstrasz sentit une nouvelle rage l’étreindre. Il ne restait plus aucune trace de la peur qu’elle avait éprouvé à la seule vue de Nalicia se transformant en ce démon.
– Je vais te faire goûter à ma douleur… fais moi confiance créature… tu vas regretter ton crime !
Se roidissant tel un roseau prêt à être malmené dans la tempête, elle serra ses poings puis les cogna l’un contre l’autre. Dans un sifflement mécanique, ses gants rouges s’embrasèrent et il ne lui fallut qu’un nouveau choc pour les enflammer.
– Magie et ingénierie ? Je vois… plutôt impressionnant pour une minable de ton genre.
– C’est plus compliqué que ça… les flammes naissent de l’échauffement des molécules présentent dans la matière de mes gants et une simple secousse suffit pour les embraser. Maintenant que tu es au courant tu peux mourir… prépare toi !
Se jetant corps et âme en avant, Anarstrasz serra ses lunettes noires dans sa main et un instant après, elles s’embrasaient pour finalement s’enflammer. Lançant alors le projectile sur le monstre qui lui faisait face, celui-ci fusa à une impressionnante vitesse, sifflant comme le ferait une fusée de feu d’artifice. Anarstrasz sauta dans l’instant d’après pour assener son plus terrible coup de pied. Une fois frappé, elle pensait pouvoir frapper son adversaire de ses poings enflammés mais malheureusement, son plan mourut avant même de voir le jour. D’une main, la créature empoigna le projectile sans subir la moindre blessure puis claquant les doigts de son autre, il immobilisa son adversaire en plein air. Un tel exemple de télékinésie sans le moindre temps de concentration, Anarstrasz s’avoua que ce monstre se débrouillait très bien dans ce domaine.
– Tu sais quoi gamine ? lança la créature d’un ton hilare. Il y a là dedans deux ou trois entités qui me supplient de t’épargner…
Pour illustrer ses paroles, il tapa sur sa poitrine. Dans une situation peu avantageuse, Anarstrasz comprise qu’il parlait des ses autres facettes, des ses Similis.
– Tant de compassion me touche… mais dit moi… j’aimerais savoir comment se nomment ces âmes qui ne souhaite pas voir ma mort… tant que j’y suis…
– Bien joué gamine, joli stratagème mais je ne dirai le nom de personne. Quoique tu connais déjà Hawaxe. Pour sa part, lui s’en fiche, il aimerait que tu survives pour avoir l’occasion de se battre avec toi… mais si tu veux mon avis, c’est juste une astuce pour que je t’épargne. Et après on le dit aussi cruel qu’un démon… c’est n’importe quoi…
A ces mots, il abattit avec puissance son poing sur le corps toujours en lévitation d’Anarstrasz et l’impact fut si violent qu’il rompit la télékinésie. Elle alla ainsi s’écraser au sol et crachant quantité de sang, elle plaqua ses mains contre son estomac pour tenter d’endiguer cette douleur si insupportable qui lui broyait le ventre.
– Franchement gamine… je n’aimerais pas être à ta place…
Se courbant, la créature attrapa Anarstrasz par la gorge puis la souleva à plus d’un mètre.
– Ce n’est pas que tu m’ennui mais cette imbécile de Nalicia essaye de reprendre le contrôle sur moi, et crois moi ou non, elle va finir par y arriver…
– Nalicia est donc plus forte que toi, articula Anarstrasz avec peine. Alors qu’en un tour de main je l’ai ridiculisé… tu es bien faible alors.
– C’est toi qui es stupide. Je ne suis qu’une facette de Nalicia alors que Nalicia, elle, en est le tout… oh et puis je n’ai pas envie de t’expliquer et j’ai plutôt envie de te tuer.
Projetant sa prisonnière dans les airs, le monstre se courba, plia ses genoux puis déploya ses ailes. Affichant le plus horrible des sourires, il s’apprêtait à prendre son envol pour abattre Anarstrasz lorsqu’un sifflement suraigu attira son attention. Se retournant, il ne vit qu’une ombre le dévisager d’un seul œil écarlate sous les plis d’un capuchon d’ébène et une petite créature verte aux grandes oreilles s’agiter à ses cotés.
- Allez Kyoto ! cria Volkin en pleine invocation. Balance tout ce que tu as !
A moins d’un mètre de lui, Kyoto, en état de grâce et Volkin nouvellement invoqué, abattirent ensemble boule de feu et trait de l’ombre sur cette créature qu’ils rencontraient pour la première fois et qui ressemblait vaguement à ce phénomène de mauvaise humeur qui portait le nom de Nalicia.
– Depuis quand es-tu là toi ? fit la créature.
Dans un mouvement éclair, la créature évita le sort du lutin de justesse mais prit de plein fouet celui de Kyoto qui parvint à toucher l’une des ailes qui se déployait avec une grâce féline sous son regard. Pour la créature, la douleur fut immédiate et fulgurante, sa concentration se rompit et alors qu’Anarstrasz s’écrasait à quelques mètres derrière, Nalicia parvint à reprendre le dessus et à ce moment, la créature disparut. Cela ne dura qu’une seconde… une seconde pareille à une vie…


Dernière édition par le Lun 18 Fév 2008 - 0:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nalicia
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1809
Age : 39
Localisation : Massy (91)
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Dim 17 Fév 2008 - 23:12

GG !! ca devient complexe :p

_________________

« Les voleurs sont certes haïssables, mais leur intelligence peut surpasser celle de l’homme de bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dytrol
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1390
Age : 48
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 18 Fév 2008 - 11:01

Waoh....tu fait durer le suspens la GG..

_________________
Sur l'Armurerie: Dytrol-Darbok-Dekay-Autolycos-Stration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wdbc.free.fr/
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6160
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 18 Fév 2008 - 12:18

Miam GG cheers


Et dans toutes ses identités...je suis sûr que Nal a un Murloc....en fait...c'est lui qui domine :p lol! lol!

La Suite !!! Twisted Evil

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 18 Fév 2008 - 12:26

lol... suite et fin au prochaine épisode...

Avec enfin la révélation de l'identité de cette fameuse Anarstrasz...

Soyez à l'écoute ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eponimm
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 18 Fév 2008 - 13:38

Waouh deux chapitres en un week-end! Tu nous a gâté Soul! I love you
Vivement la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicemare
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1907
Age : 39
Localisation : 93 but my heart belongs to 34 :)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 18 Fév 2008 - 14:10

Voilà quelqu'un qui tient ses promesses! GG Soul!

C'est vrai que tu nous gâtes ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6160
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 25 Fév 2008 - 17:53

Oh Déjà 10 jours !


oui oui /invoque Mal Ganis ==>[]


Razz

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Lun 25 Fév 2008 - 23:37

lol... y'en a au moins un qui suit ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nalicia
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1809
Age : 39
Localisation : Massy (91)
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Mar 26 Fév 2008 - 0:16

genre ta pas reçu mon texto :p ??

_________________

« Les voleurs sont certes haïssables, mais leur intelligence peut surpasser celle de l’homme de bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6160
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   Mar 11 Mar 2008 - 11:16

On est quelle date déjà ? scratch

===>[]

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - SIMILIS ET SIMILITUDES 4] LA TUEUSE DE DRAGON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alerte à la bactérie tueuse en Allemagne
» [RESOLU] Je vais me reconvertir en tueuse de lapin.........
» lame serpent tueuse
» femme tueuse
» une grosse léchouille pour la langue tueuse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Soul-
Sauter vers: