Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 1 Aoû 2008 - 23:34

Kikoo !

Bon je suis parti à la base pour ecrire une histoire avec Sstevee et Jorga mais je cale à la moitié... honte sur moi ^^

Mais comme je ne suis pas complètement sans coeur, je balance la suite d'un texte qui n'avait pas fait grand bruit à l'époque mais au diable les gens pas contents... ^^

ps : pour des raisons d'étiques j'ai changer les noms des persos, ainsi la Séraphine zelée et un brun psychopathe devient Yleponia et le templier cul-cul la praline devient Aggrologue... j'ai plus de plaisir à ecrire sur des gens que j'aime bien ^^


Dernière édition par Souleazer le Ven 1 Aoû 2008 - 23:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 1 Aoû 2008 - 23:36

ALLIANCE IMPIE

DEUXIEME PARTIE : BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER

*


Yleponia et Aggrologue restèrent muets durant de longs moments. Malgré son expérience, un terrible pressentiment occupait l’esprit de la Séraphine. Elle doutait et ne savait guère que penser. Elle qui avait toujours méprisé les non-initiés au culte des Anges de la Lumière, la voilà qui faisait équipe avec un chevalier en armure de fer blanc, d’un autre temps, qui se sentait honoré de porter le nom d’un couard qu’elle avait massacré de ses propres mains. Mais plus important, elle doutait sur ses capacités de tueuse de vampires. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle redoutait ce qui pourrait advenir dans ce futur si proche, une fois qu’elle aurait pénétrée dans ce château. Elle qui avait tué des dizaines de fois, elle en était à se poser des questions sur l’extermination d’un seul d’entre eux. Sa lance enchantée avait tranché si souvent la chair corrompue qu’elle ne se souvenait pas de sa première fois. Des dizaines de vampires tués, au nom de la lumière, Apostats dans la plupart des cas mais surtout de redoutables monstres, exterminés pendant la grande Vendetta. Elle n’avait croisé le fer qu’avec deux Princes des Ombres, remportant à chaque fois d’acharnées mais complètes victoires. Deux vampires, deux redoutables créatures de la nuit, un homme et une femme et c’est au terme de ce combat qu’Yleponia perdit tout ce qui différenciait un être humain normal d’un paladin disciple de la secte des Anges de la Lumière : l’innocence. Au terme de ce combat donc, elle avait pleuré toutes les larmes de son corps, ainsi que celles de son cœur sous la forme de perles de sang.
– Ta mort sera vengée Sara, murmura Yleponia. Sur mon honneur de Séraphine, les vampires ne tourmenteront plus jamais l’humanité.
Aggrologue n’entendit rien du monologue qui se jouait à coté de lui. Mais écarquillant soudainement les yeux, il tira sur la bride de son cheval pour le forcer à s’arrêter. Dans un mouvement violent, la monture stoppa sa course alors que le cheval d’Yleponia le dépassait. Reluisant de sueur, le Templier, victime d’une frayeur aussi terrible que soudaine, se mit à regarder autour de lui, dans toutes les directions possibles. Il lançait des regards mais ne voyait rien, rien de ce qu’il cherchait. Il ressentait pourtant une curieuse impression, comme si la mort elle-même ne se trouvait qu’à quelques mètres de lui. Plus énervée que surprise, Yleponia regarda en arrière et aperçut son compagnon à déjà plusieurs longueurs. Faisant stopper sa monture tant bien que mal, elle se retourna et vit le Templier agir étrangement. Il regardait tout autour de lui par une suite de petits mouvements saccadés et semblait ainsi se livrer à une danse dés plus saugrenue. Le comportement de son compagnon l’intriguait et Yleponia ne perdit pas un instant pour l’interpeller d’un ton dur.
– Aggrologue ! Hé ! de Cervantès ! J’aimerais savoir ce qui te prend d’agir ainsi !
La voix tonitruante la fit sortir de ses rêves et Aggrologue retrouva ses esprits… il se demandait encore quel était dont ce flash et cette impression si désagréable qu’il avait étreint telle un terrible voile funeste. Mais voyant arriver sa compagne de grand chemin venir à lui d’un air furibond, il se garda bien de dire la véritable raison de cette pause improvisée… et improvisa à son tour…
– Que fais-tu Templier ? marmonna-t-elle d’un air agacée. Remonte donc en scène et plus vite que cela !
- La marche semble être le meilleur moyen d’arriver discrètement jusqu’à la demeure de ce monstre… ne crois-tu pas ? Si nous voulons faire une entrée en douceur, il serait préférable de continuer à pieds. Je doute que le propriétaire de ce château laisse pénétrer facilement les tueurs de vampires que nous sommes et si nous sommes repérés, il ne se gênera pas pour nous envoyer du monde…
– Très bonne remarque Templier… pour ma gouverne je te l’accorde…
– Mais je te rassure, la perspective du combat ne m’effraie nullement. Je n’aime cependant pas me battre en pleine nuit.
– Et je pense par ailleurs que tu n’as jamais combattu de squelette ou de cadavre animés…
– Pour sur !
Sous son casque, Yleponia fut rassurée de la réponse car apparemment, Aggrologue commençait à se faire à l’idée de combattre le surnaturel auquel son monde ne l’avait pas habitué.
– A présent, il nous faut évoluer en silence.
– Bien Yleponia.
La forêt environnante au château couvrit les bruissements de pas des deux guerriers, les feuilles mortes, écrasées par les lourdes armures étouffaient leur cri de douleur alors que la lune, toujours aussi écarlate, disparaissait derrière de hautes collines. Le tapis de la forêt, parsemé d’embûches s’ouvrit finalement sur un sentier fait de pavés, ce dernier conduisant directement à l’entré du château. A quelques pas devant elle, la lueur d’une torche attira l’attention de la Séraphine et sans un bruit, elle le fit remarquer à son compagnon. Le Templier l’interrogea alors du regard mais Yleponia ne sut quoi répondre.
La voix bourrue et décharnée qui les appela se chargea de répondre à toutes leurs interrogations.
– Seigneur de Cervantès, Dame Yleponia. Bienvenue au château de Kraken, mon maître vous attend. Si vous voulez bien me suivre…
Le sang glacé, les deux héros restèrent sur place.
– Alors nous sommes repérés, murmura Aggrologue. Tout ne se passe pas comme nous l’avions prévu, n’est-ce pas ?
– Certes Templier. Mais la question est de savoir ce que nous allons faire…
– Suivre son invitation pardi, si nous ne pouvons profiter de l’effet de surprise, ils nous restent à foncer dans le tas.
– J’ignorais que les Templiers étaient de fin stratèges…
Malgré la situation, le ton sarcastique de la Séraphine fit sourire Aggrologue.
– Messeigneurs, reprit la voix. Je doute que vous vouliez faire attendre mon maître…
– Ne t’impatiente pas larbin, lança Aggrologue. Nous arrivons de ce pas.
Ils posèrent un pas décidé sur le pavé froid du sentier et empruntèrent le chemin jusqu’au château. A la lumière de la torche, le visage livide du larbin apparu au Templier et ses petits yeux laiteux le fit frémir de dégoût, sans parler de cette odeur pestilentielle qui émanait de sa chair corrompue.
En faisant une courbette, le larbin leur tourna le dos et le Séraphin resserra son étreinte sur sa lance, Aggrologue le remarqua. Yleponia aurait voulu frapper de toutes ses forces, mais la main apaisante que le Templier posa sur son bras l’en dissuada.

Après quelques instants de marche, Aggrologue et Yleponia émergèrent dans un hall ou tant de splendeur et de prestige éparpillés mirent le Templier mal à l’aise. Les tableaux somptueux, des chandeliers d’or sur lesquelles se consumaient lentement des bougies de cire blanche, des tapis tissés de la main de maîtres. Tous ces trésors que la confrérie des Templiers n’aurait purent s’offrir, même en engloutissant la totalité de leur or et de leur pierre précieuses.
Le larbin se poussa de coté.
– Messeigneurs, voyez-vous l’escalier qui vous invite à rejoindre mon maître ?
Ils suivirent du regard un tapis rouge bordé de perle qui couvrait le sol pour arriver à un immense escalier qui se perdait dans les hauteurs de la battisse.
– Nous le voyons larbin, souffla Aggrologue. Alors ton maître nous attend ?
– Oui et pour le rejoindre, il vous suffit de l’emprunter.
– Bien, alors allons-y Yleponia…
– Je te suis.
Secondé par la Séraphine, Aggrologue marcha d’un pas décidé vers l’escalier et pour y accéder, ils devaient obligatoirement marché sur un tapis dont l’allure paru suspecte à leurs yeux. Le motif brodé avec soin représentant un chasseur qui abattait un oiseau semblait bien mal assorti avec la pièce, comme si cette partie de l’environnement n’était mise que rarement… comme pour l’arrivé d’invité spéciaux. Haussant les épaules, le Templier n’y fait guère plus attention et ce n’est qu’une fois qu’il posa le pied dessus qu’Yleponia comprit.
– De Cervantès attend !
Trop tard. Le sol se déroba et le malchanceux fut aspiré dans les entrailles du sol avec le tapis, Aggrologue n’eut que le temps de prononcer le nom de la Séraphine que déjà, il tombait plus vite qu’une flèche.
Stupéfaite, Yleponia se retourna vers le larbin. Sous son casque, son visage était déformé pas la haine et par la honte, elle une Séraphine venait d’être le jouet d’un simple pantin.
– Tu vas me payer cela immonde bouffon. Sur mon honneur, je te ferais payer cette traîtrise !
Devant les menaces d’Yleponia, le larbin partit d’un rire gras.
– Et que vas-tu faire Séraphine ? Que peux-tu contre un démon des plans inférieurs ?
– Un quoi ?
– Regarde plutôt !
Sous les yeux de la Séraphine, le faible larbin, à peine plus haut que trois pommes et frêle comme un gardon se mit à grandir et à prendre en corpulence. Ses habits se déchirèrent et sa peux se mit à virer au noir. Des cornes poussèrent sur sa tête de bouc et deux rangés de rasoir apparurent au sein de sa bouche flétrie. Ses bras laissèrent place à deux immenses pinces prêtes à claquer sur le corps de la Séraphine.
Yleponia mit un pas en arrière et recula tant qu’elle le put mais malheureusement, la trappe par laquelle venait de tomber son compagnon lui barra la route.
Le larbin, ayant achevé sa métamorphose s’avança vers elle. D’un pas lent et calculé, le monstre pouvait entendre les battement de cœur de la Séraphine s’accélérer, ce qui le faisait jubiler. Cette dernière put apercevoir sur son front cornu une gemme verte, une pierre d’une intense clarté qui semblait illuminer la pièce entière. En la voyant, Yleponia éclata d’un rire malsain.
Le larbin, vraisemblablement intrigué se mit à avancer d’un pas lent tout en demandant la raison de ce comportement à la Séraphine.
– Eh bien gamine, serais-tu devenu folle ? Ou alors est-ce la peur qui te fait délirer ?
La voix du monstre était glaciale et terrifiante, mais Yleponia, Séraphine de son état ne semblait nullement effrayée.
– Ni l’un ni l’autre pour ta gouverne de démon. Ou devrais-je t’appeler Briseur de Rêves ?
Le larbin stoppa sa marche et regarda la Séraphine d’un œil nouveau.
– Tes connaissances en matière de démon me surprenne gamine…
– Arrête ton délire, tu n’es pas un démon, les Briseurs de Rêves ne sont que les laquais des plans inférieurs, les démons majeurs et autres succubes vous utilisent pour nettoyer leurs cochonneries. Vous posséder tous la même pierre sur le front en plus d’un sens inné pour la vantardise.
La réflexion le piqua au vif
– Trèves de bavardages, je réclame ta tête !
– Dans ma dimension, quatre Briseurs m’ont dit exactement la même chose avant de retourner dans les méandres de l’Enfer !
– Tu mens ! Jamais mes semblables n’auraient pliés genoux devant un mortel…
– Ah oui ?
Yleponia posa sa lance contre son armure et la fit tenir en équilibre. Elle exhiba ses deux avant bras au monstre et ce dernier put voir les deux joyaux vert étincelant qui y stagnait. Pour sa plus grande frayeur, la Séraphine disait vrai.
– Et encore, lança Yleponia. J’ai vendu les deux autres à un orfèvre. Maintenant viens Briseur de Rêves, viens payer ta dette pour mon compagnon déchu !
– Meurs donc !
Surprise, la Séraphine n’eut pas le temps d’attraper sa lance que le monstre crachait déjà sur elle un jet de flamme. Le torrent incandescent l’enveloppa en un rien de temps et la chaleur commença à s’attaquer à son armure.
– Bouclier !
Les paroles de la Séraphine résonnèrent dans le chaos de feu et un voile d’or la recouvrit instantanément, chassant la chaleur et faisant réfléchir le jet de flammes. A part les plaques de son armure roussit, Yleponia s’en sortait sans aucun dommage.
Cependant, le jet de flammes continuait à attaquer son bouclier et la Séraphine se doutait qu’il ne tiendrait pas éternellement. Puis soudain, le jet sembla dégrossir pour disparaître enfin, laissant place à une vapeur brûlante et une odeur de souffre oppressante.
– Eh bien alors larbin ? cria Yleponia dans l’opacité. As-tu fini ta petite démonstration ?
– Bien sur que non !


Dernière édition par Souleazer le Jeu 21 Aoû 2008 - 1:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 1 Aoû 2008 - 23:38

Sous ses yeux ahuris, la fumée disparut et le Briseur de Rêves apparut à la place, à peine à quelques pas d’elle et la surplombant de toute sa hauteur.
Sa lance était tombé à terre et lorsque la Séraphine voulut la ramasser, le monstre anticipa son mouvement et plongea une de ses pinces vers elle. La prise fut instantanée, sans qu’Yleponia ne puisse esquisser le moindre geste pour se défendre.
– Eh bien alors Séraphine ? Aurais-tu perdu ta langue ?
La douleur fut fulgurante et se propagea à la vitesse de l’éclair dans son corps ; la Séraphine ne pouvait que se tordre de douleur.
– Mais tu as de la chance que le maître te veuille vivante, je t’aurais bien dévoré !
Le Briseur de Rêves explosa de rire et jeta avec dédain la Séraphine dans la trappe, à l’endroit même où le templier était tombé.
– Et n’oubli pas ta brindille surtout ! cria le monstre en donnant un coup de pied dans la lance.
La terrifiante arme de la Séraphine ne tarda pas à rejoindre son maître dans les abîmes de l’oubliette. Yleponia chuta dans un étroit couloir à une vitesse folle, pourtant, le temps semblait s’écouler au ralentit mais elle n’y pensait plus vraiment, seule, la cruelle morsure de la honte parcourait son âme.
Elle, une fière Séraphine venait d’être ridiculiser par un vulgaire Briseur de Rêves, un simple laquais de démon majeur.
– Quel honte, murmura Yleponia. Et toi Sarah, que dois-tu penser de là-haut, tu dois être terriblement déçue. Mais peu importe, la chute devrais m’être fatale… je vais bientôt te rejoindre…
Une larme perla de sous le masque d’acier. Yleponia écarta les bras et n’esquissa plus le moindre geste, attendant patiemment que la sombre Dame de la Mort vienne la chercher.
Mais un point argenté fonçant vers elle attira son attention.
– Mais que…
Le point fila à vive allure et sans butte précis. Il gagna en vitesse et passa à coté de la Séraphine, cette dernière reconnue sa lance et ce fut le déclic. Les images se bousculèrent dans son esprit à une vitesse fulgurante et à ce moment-là, la vérité la gifla.
– Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je suis une Séraphine et jamais je ne dois plier volonté ! Désolez Sarah mais tu devras attendre encore un peu… Je ne mourrais pas avant d’avoir ajouté un cinquième Briseur de Rêves à ma galerie. Lance !
L’arme s’arrêta d’un coup et remonta vers la Séraphine, se logeant au creux de sa main.
– Et maintenant, arrêtons cette chute. Lévitation !
Le poing de la Séraphine se mit à briller d’une douce lumière rouge qui se propagea à la vitesse de l’éclair pour englober son corps. Elle commença à ralentir sa vitesse pour enfin stopper sa chute. Yleponia, flottant dans les airs se dirigea en douceur vers la terre ferme qui se trouvait à peine à quelques mètres d’elle.
– Eh bien, soupira la Séraphine. On dirait que j’ai réagit à temps. Tiens ? Oh non !
Malgré la pénombre qui stagnait en bas, Yleponia aperçue une chose qui l’épouvanta : une armure étendu sur le sol qu’il connaissait très bien.
– De Cervantès ?
Tout en contrôlant sa chute, elle accéléra sa vitesse pour gagner plus vite sa place auprès du Templier. Elle laissa tomber sa lance puis posa un pied à terre, s’agenouillant sans perdre un instant.
Yleponia retira le casque du Templier avec précaution puis plaqua deux doigts sur sa gorge, elle sentit le flux sanguin parcourir le corps du guerrier infructueux.
– La Lumière soit loué…
Yleponia tenta de faire réagir le guerrier par tous les moyens qu’elle connaissait.
– Templier, allez fainéant, reviens à toi… nous avons une mission à accomplir ! Je veux rentrer chez moi et ainsi tu ne mer sers à rien !
Après quelques efforts infructueux, le corps apparemment inconscient d’Aggrologue fut agité de remous. Encouragée par de tels signes, Yleponia continua ses appels.
– Eh bien Templier, tu ne me feras pas croire que tu abandonne si facilement. Allez réveille-toi ! Que dirais les membres de ta confrérie en te voyant ainsi ?
– Il lui dirait que tu es des plus entêté chevalier ! fit une voix derrière la Séraphine.
– Qui ?
Avec la pénombre ambiante, Yleponia ne put apercevoir aucun interlocuteur potentiel. Mais la réaction de la Séraphine fut instantanée, elle se leva et écarta les bras en ouvrant les paumes.
– Lumière !
Les mains de la Séraphine brillèrent de mille feux et la luminosité créée ne tarda pas à se propager dans la salle entière. Après quelques instants, Yleponia put constater que sa chambre d’ôte laissait à désirer : les murs flétries de pierre étaient couvert de mousse, des fétus de pailles jonchait le sol poussiéreux et une odeur épouvantable envahissait le moindre recoin de la pièce. Derrière lui, la pièce était fermée par une lourde porte d’acier, impossible donc de sortir pour l’instant.
A force de recherche infructueuse, Yleponia trouva enfin celui qui venait de lui adresser la parole. Enchaîné à un des murs par les bras et les jambes, les yeux d’un visage désincarné ne cessaient de le fixer. Cet homme ne semblait avoir vingt ans et pourtant, Yleponia avait l’impression qu’il moisissait dans cette geôle depuis des siècles.
– Eh bien l’ami, lança Yleponia. Te voilà en un bien piteuse état…
– Délivre-moi chevalier. Délivre-moi de ces chaînes, je t’en conjure !
– Et pourquoi ferais-je cela ? Si ta place est ici, c’est que tu as du justement la gagner, je suppose. Alors dis-moi, quel secret caches-tu ? Un mangeur d’enfant ? Un odieux détrousseur de vielles femmes ? Ou encore un violeur de pucelles ?
– Rien qu’un homme qui tenta jadis de se soulever contre le règne tyrannique d’un seigneur usurpateur…
– Toi ? Tu as mené une rébellion ?
– Et échoué comme tu peux le voir. Une nouvelle fois chevalier, libère-moi de ces chaînes…
– Si tu es un homme de cœur juste, je te délivrerai de ton fardeau. Mais dis-moi meneur de rébellion, connais-tu la place ?
– J’y suis né figure-toi.
– Alors tu pourras peut-être nous être utile. Mais je veux ta parole, si tu me fais la moindre…
– N’ai crainte chevalier, coupa le prisonnier. Je jure sur mon âme que je ferais tout pour détruire le seigneur de ce château.
– Mais pouvons nous te faire confiance ? fit une voix de derrière que la Séraphine n’espérait plus entendre. Elle se retourna et vit son compagnon avancer vers elle en titubant et s’aidant de la lance de la Séraphine pour demeurer debout.
– Je suis heureux de voir que ta condition s’est améliorée.
– Moi aussi, mais j’ai du mal à croire que je sois encore là. La chute aurais du m’être fatal et pourtant, je ne ressens que de légère courbature dans mon dos.
– J’ai tenté de stopper votre chute tant que j’ai put, fit le prisonnier. Mais je n’y suis parvenu qu’à moitié…
Yleponia et Aggrologue se tournèrent vers le prisonnier.
– Serais-tu sorcier ? avança la première.
– En quelques sorte, mais enchaîné ainsi, mes pouvoirs ne sont plus ce qu’ils étaient. Tu as dit que tu me délivrerais, alors je t’en pris, ne manque pas à ta parole chevalier…
– Sache que je n’ai qu’une parole. Et puis je ne suis pas chevalier mais une Séraphine… souvient-en si tu veux garder intact ce qui fait de toi un homme.
Malgré la douleur qui lui broyait le corps, De Cervantès roula les yeux au ciel en attendant l’allusion alors que le regard du prisonnier, lui, semblait s’illuminé.
– Un tueur de vampire ? Tu es un Ange de la Lumière ?
– Oui, débarqué d’une autre dimension pour mettre un terme à la vie du seigneur de ce château.
– Mon père en parlais jadis, avec une grande peur et un profond respect. Si vous m’accompagnez jusqu’à la salle du trône, nous avons une chance de mettre un terme à sa folie.
– Que veux-tu dire ? interrogea Yleponia. Ton père serait…
– Il est devenu l’esclave de ses démons et je veux lui apporter la rédemption et en même temps le salut de son âme…
La Séraphine et le Templier regardèrent le prisonnier d’un œil surpris.
– J’avoue ne pas tout comprendre, mais je te l’ai dit, les Séraphines n’ont qu’une parole…
Yleponia s’approcha du mur, elle regarda les fers qui maintenaient le prisonnier dans son état puis après quelques instants de réflexion, elle se retourna vers le Templier.
– Aurais-tu l’obligeance de me prêter ta béquille ?
Le ton de la Séraphine n’était en rien sarcastique et Aggrologue s’exécuta en lançant l’arme à son propriétaire. Pendant un moment, Yleponia eut peur que son compagnon ne puisse se maintenir debout, mais à peine l’objet de mort fut rendu que le Templier alla s’appuyer contre un des murs de la geôle.
– Attention.
Yleponia leva sa lance et abattit un coup puissant sur le premier verrou, le pulvérisant ainsi avec une déconcertante facilité.
– Bien et maintenant, je vais trancher le deuxième.
– Ce n’est pas la peine… je sens mes forces revenir…
Le prisonnier arracha le second verrou avec tout autant de facilité que la lance venait de réduire en miettes le premier. Les deux autres en furent stupéfaits.
– Je ne vois vraiment pas en quoi mon aide t’était nécessaire.
– Tu te trompes, ces verrous ensorcelés retenaient ma force et tant qu’ils liaient mes poings, je ne pouvais esquisser le moindre geste. Ma puissance était celle d’un rongeur.
A mesure que sa puissance revenait, les traits de l’ancien prisonnier retrouvaient l’éclat des jours passés. Yleponia senti aussi son pouvoir spirituel augmenter terriblement.
– Tu ne nous as pas dit ton nom, dit Aggrologue.
– Même si notre cause qui est défaire le seigneur de ce château nous unis, savoir mon nom vous rendrait maître de mes pouvoirs, je ne peux malheureusement vous le donner.
Yleponia fut choqué de la réponse.
– Je n’aime guère ce ton l’ami, tu nous es redevable pour ta libération, tu pourrais montrer plus d’égard pour ce fait.
– Mes paroles vous ont blessés ? Croyez-moi, j’en suis désolé.
– Ton véritable nom n’a pas d’importance, avoua le Templier. Mais comment devons nous te nommer ?
– A Kraken, les villageois me donnaient le nom de Mine Sombre le Maudit. Presque un sorcier à l’étude des arcanes et des mystères de la vie mais surtout une créature à la recherche de réponses. Et vous ?
– Yleponia, Séraphine, tueuse de vampires, de démons… enfin tueuse tout court en fait.
– Cristobal de Cervantès… mais appelle moi Aggrologue. Chevalier Templier de père en fils, au service de Dieu et au tiens par la même occasion.
Un silence de mort ne tarda pas à s’instaurer de lui-même dans la geôle. Les trois combattants se tenaient immobiles, se fixant, l’un après l’autre et sans pourtant parvenir à lancer la moindre parole.
Le Templier trouva cependant la force de rompre le silence.
– Peut-être que je suis stupide, mais depuis peu, me voilà pris d’un étrange malaise… une sensation bizarre…
Tout en acquiesçant, Yleponia soupira longuement.
– Je vois ce que tu veux dire, je suis moi-même pris d’un quelconque trouble…
Le sorcier se fendit d’un sourire.
– Comme si tout les trois, nous allions accomplir de grandes choses ? J’ai ce même pressentiment.
De nouveau, un silence de mort s’instaura de lui-même mais cette fois-ci, la Séraphine ne tarda pas à le briser.
– Et que faisons-nous maintenant ? Nous n’allons pas demeurer ici jusqu'à la fin des temps j’espère ?
– Certainement pas ! dit Mine Sombre. J’ai une promesse à tenir, je dois trouver le seigneur de ce château et le tuer. Mais avant cela, je dois me vêtir correctement.
Ajoutant le geste à la parole, le sorcier fut noyé par un flot de lumière topaze. La Séraphine mit un pas en arrière et recula, de peur d’être aspirée par le tourbillon d’énergie.
Après quelques instants, le petit cérémonial s’acheva et Mine Sombre sorti du flot d’énergie vêtu avec l’élégance un prince.
S’étant délaissé des marques du temps, le parfait visage androgyne du sorcier apparut au grand jour. Les contours de son visage étaient délicats et son attirante physionomie était surplombée de longs et fin cheveux argentés. Ses yeux en amande aux iris vermillon avaient semblaient-ils déjà put entrevoir toutes les merveilles du monde alors que sa bouche, finement dessinée, cachait une dentition blanche et parfaitement saine.
Tant de beauté et de sensualité émanant d’un seul être, la Séraphine eut toutes les peines du monde à croire que Mine Sombre était un homme et pourtant… son corps mince et harmonieux ne laissait transparaître aucun attribut féminin.
– Eh bien sorcier, fit Yleponia. Je crois que bien ton aide nous sera précieuse.
– Maintenant je peux vous l’avouer, je ne suis pas sorcier. Les pouvoirs que je possède sont présents depuis ma naissance et c’est Dame Nature qui m’a fait naître avec.
– Qu’importe la source de ton pouvoir, lança Aggrologue. Peux-tu nous faire sortir d’ici ?
– Oui, mais attention Templier, recule toi de la porte.
– Tout de suite.
Aggrologue, toujours appuyé contre le mur se mit à avancer lentement vers la Séraphine en sautant à cloche-pied. Sa jambe le faisait souffrir le martyr et il était persuadé de s’être cassé quelque chose durant la chute. Mais victime du mauvais état de cette jambe, Aggrologue s’écroula à mi-chemin, à bout de souffle.
– Séraphine, commença Mine Sombre. On dirait que ton ami à grand besoin de secours. Va lui prêter main-forte pendant que je me concentre.
Sans un bruit, Yleponia s’exécuta et alla jusqu’au souffrant. Elle le prit par dessous l’épaule et le porta tant qu’il le put.
– Eh bien Yleponia, souffla le Templier. Toi qui ne m’appréciait que très moyennement au début de notre quête, il semblerait que les souffrances nous est quelques peu rapprochés… attention… ma jambe…
– La vie est pleine de surprise mon ami, oui, la vie en est ainsi faite…
Yleponia traîna son compagnon vers Mine Sombre. Mais le regard épouvanté, elle se rendit compte que l’ancien prisonnier tenait entre ses mains une sphère d’énergie incroyablement puissante. Les arcs d’énergie qu’elle projetait léchèrent les murs et en brûlèrent la mousse qui semblait-il y stagnait depuis plus d’un siècle.
Mine Sombre, quand à lui, ne cessait de regarder la Séraphine droit dans les yeux, faisant grandir la sphère à chaque instant qui passait.
Yleponia se maudissait intérieurement d’avoir libéré cet ancien captif et se répétait que s’il avait atterri dans cette geôle, ce n’était pas pour rien.
– J’aurais du le savoir, murmura Yleponia. Jamais je n’aurais du te libérer…
La sphère prit une dimension effrayante. La Séraphine connaissait bien ce genre de sortilège, les sorciers de sa caste en utilisaient de semblables et leurs puissances étaient dévastatrices.
– Je ne tiendrais pas éternellement Séraphine. Mais je te rassure, ma cible présente est la porte qui se trouve en arrière de toi, si tu veux bien te hâter de passer derrière moi que je la réduise en miettes…


Dernière édition par Souleazer le Ven 1 Aoû 2008 - 23:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 1 Aoû 2008 - 23:39

Rassuré, la Séraphine se sentait néanmoins stupide d’avoir douté de la parole d’un homme qu’elle ne connaissait pas. Yleponia et son compagnon se dépêchèrent de se mettre à l’abri.
– Fermez les yeux… et attention… RYU-SEI-KEN !
Mine Sombre lança avec violence la boule d’énergie et cette dernière alla s’écraser contre la porte, la faisant voler en éclat sous les yeux ahuris des deux spectateurs.
– Eh bien, souffla l’ancien prisonnier d’un air serin. On dirait que la voie est libre…
– Il en fait un peu trop non ? glissa le Templier tout bas.
– Pourquoi Aggrologue ? pouffa la Séraphine. Tu es jaloux ?
– Absolument pas…
Mine Sombre s’avança jusqu’à l’entré de la geôle puis se retourna vers les deux autres guerriers. Aggrologue, toujours suspendu au bras de la Séraphine affichait un visage grimaçant et torturé, recouvert de sueur ; il souffrait.
– Mine Sombre, avança Yleponia. Il a du se casser la jambe et il souffre le martyr. Tu es sorcier, ne peux-tu rien faire ?
– J’en doutes… mes pouvoirs de guérisons ne sont pas à la hauteur de mes talents de destruction. Mais je peux essayer…
Tandis que Mine Sombre s’approchait, Yleponia posa délicatement le Templier au sol.
– Attends Mine SOmbre, je ne te demande pas de faire de ton mieux. Les perdants essayent alors que les héros font. Si tu dois le sauver, n’essaye pas, fais-le.
– Est-ce un extrait du dogme Séraphin ?
– Revu et corrigé par Yleponia. Maintenant exécute toi !
Mine Sombre sourit. Il posa une main sur le membre qui faisait souffrir le Templier et un flot azuré jaillit de la paume ouverte de l’ancien prisonnier. Après quelques instants, la lassitude et la douleur s’en allèrent du corps souffrant d’Aggrologue pour finalement disparaître. Ce dernier se releva sous les yeux ébahit de la Séraphine, son visage affichait les traits radieux de celui d’un enfant.
– Eh bien, souffla Yleponia. Toi qui doutais de tes capacités, te voilà maintenant rassuré…
– Je n’ai jamais douté de moi. J’ai simplement dit que mes sorts de guérisons n’arrivaient pas à la cheville de mes puissances de destruction…
– Moi qui suis en parfait état, fit Aggrologue. Je peux te dire que tes capacités sont impressionnantes.
– Merci Templier. Mais trêves de bavardages, je vous l’ai dit, j’ai une promesse à tenir…
Les trois se regardèrent puis acquiescèrent en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morvaa
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Sam 2 Aoû 2008 - 0:45

oui enfin il a fait gg soul je t'aimes lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Sam 2 Aoû 2008 - 8:10

ouéééééééé GG soul cheers cheers cheers

héhé la récupération et le changement des noms :p

encooooooooooooooooooooooooooooooore !

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorga
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 2782
Age : 50
Localisation : Latitude : 43.5 Longitude : 1.3 Alt. moy. : 170
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Sam 2 Aoû 2008 - 13:42

lol
Basketball

_________________

Sans l'ombre d'un doute.

Lien : Organisateur des sorties raid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eponimm
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Sam 2 Aoû 2008 - 16:04

Yeeeeeeees! Un nouveau chapitre! Et merci pour les noms. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkoustiv
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1126
Age : 36
Localisation : Ben ici
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Sam 2 Aoû 2008 - 21:51

Euh moi je veux qwue ce soit ylep qui me soigne avec un bisou réparateur, pas Minesombre et son poil à barbe What a Face .

Je vois aussi la discrétion de MineSombre dans l'ouverture d'une simple porte, je comprend mieux pourquoi on aggro toujours la moitié de l'instance Laughing

gg soul, comme d'hab ça roxx

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eponimm
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 22 Aoû 2008 - 10:59

Comment ça 1m80 et 90kg?????????????? J'ai un perso qui rentre dans du 34 fillette et tu oses cet affront???? Ma vengeance sera terrible!!!!!!!!!!!!!!!!!! Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 22 Aoû 2008 - 13:49

Oola...

Bon !

Euh... ^^

J'ai oublié de mettre la mention "pesée avec armure" !

...

Plus sérieusement il s'agit d'un personnage violent, tout en muscle qui n'a pas une once de gras et comme tout à chacun le sait, le muscle pèse plus lourd que le gras ! Il s'agit en outre d'une histoire pré-wow où les personnages cités, dont la sulfureuse et bandante belle et tendre Yleponia n'est pas encore l'elfe de sang que nous connaissons mais une humaine surentrainée et exaltée...

Donc vala... après j'ai peut-être vu un peu large mais bon... pas d'inquiétude, pour l'épilogue tu auras le droit à ton 37 fillette mais chuuuuuuut... on ny' est pas encore ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
krokmâche
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 49
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 22 Aoû 2008 - 15:55

Souleazer a écrit:


Donc vala... après j'ai peut-être vu un peu large mais bon... pas d'inquiétude, pour l'épilogue tu auras le droit à ton 37 fillette mais chuuuuuuut... on ny' est pas encore ^^
woué parce que 34 fillette c'est un peu leger pour soulever l'épe. faut quand même un peu de masse pour soulever l'acier que diable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
krokmâche
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 49
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   Ven 22 Aoû 2008 - 15:59

[quote="
Je vois aussi la discrétion de MineSombre dans l'ouverture d'une simple porte, je comprend mieux pourquoi on aggro toujours la moitié de l'instance Laughing [/quote]

Ben quoi elle est ouverte non What a Face c'était le but
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - ALLIANCE IMPIE 2] BRISEUR DE RÊVES et PRISONNIER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neovartis/DK dps impie/tank givre
» Shirokiel [DK DPS Impie]
» Eephaïstoss DK dps spé impie
» DK DPS (impie) / TANK (Givre)
» Briseur dragon???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Soul-
Sauter vers: