Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thobrak
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 962
Age : 46
Localisation : alsace
Date d'inscription : 09/05/2007

MessageSujet: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Mar 28 Avr 2009 - 19:01

7h55
Stormwind
Royaume de l’Est


Oscar s’installa discrètement en face d’une petite échoppe de tanneur. Il examina le bâtiment de l’autre côté de la rue.
La vitrine comportait l’inscription suivante : NADIA VIEUVENT. LIVRES RARES. La librairie occupait tout le rez-de-chaussée d’une maison à un étage coiffé d’un toit de tuiles rouges. La bâtisse semblait identique à ses voisines. Et comme beaucoup d’autre dans cette partie de la ville, elle tombait en ruine : des planches condamnaient les fenêtres de l’étage.
Et bien sur vu l’heure matinale, elle était fermée.
En attendant l’ouverture, Oscar étudia le bâtiment d’un œil plus critique. Malgré les outrages du temps, la maison avait gardé un certain charme. Le grenier était orné d’œil- de-bœuf, de lourdes poutres apparentes s’enchevêtraient sur les murs et le toit fortement incliné menaçait de laisser tomber un gros bloc de neige. Oscar repéra même d’anciennes cicatrices sous les fenêtres, aux endroits où on avait jadis accroché des pots de fleurs.
Finalement, la porte de la librairie s’ouvrit.
Oscar fut étonné de voir qui la manœuvrait. Cheveux nattés noirs, teint café au lait, grands yeux en amande. C’était la jeune fille qui l’avait suivie le matin même. Il reconnut son pantalon de cuir et sa veste en peau de Kodo.
Il traversa la petite rue tandis que la fille finissait d’ouvrir la boutique. Elle lui jeta un coup d’œil, sans témoigner la moindre surprise.
Elle lui fit signe de s’écarter tout en le bousculant pour lui signifier qu’il ne bougeait pas assez vite à son goût.
- La boutique n’ouvre que dans une heure. Désolé mon vieux.
Il fronça les sourcils devant tant de familiarité. Il n’aimait vraiment pas le ton effronté de cette gamine.
Oscar resta sous le porche, observant alternativement la porte de la librairie et la fille. Elle disparut au coin de la rue, et réapparut quelques minutes plus tard, une grande tasse dans chaque main.
- Encore la, demanda-t-elle.
- Je n’ai nulle part où aller pour le moment.
- C’est triste.
La fille désigna la porte du menton puis leva les deux mains prisent par les tasses.
- Alors ?
- Ah !
Oscar ouvrit la porte.
Elle pénétra dans la boutique.
- Bertal ! Gueula-t-elle avant de se retourner vers lui. Ben quoi, vous rentrez, oui ou non ?
- Vous venez de dire…
- Des conneries, fit-elle en levant les yeux au ciel. Bon, on arrête le cirque. Comme si vous ne m’aviez pas repérée tout à l’heure.
Oscar se raidit. Ce n’était donc pas une coïncidence. Elle l’avait bien suivit.
- Bertal ! Ramène-toi et plus vite que ça !
Un peu perdu, il entra à son tour. Mais resta prêt de la porte au cas ou…
La librairie était en fait une sorte de long couloir. Des deux côtés, des étagères croulant sous les livres grimpaient du sol au plafond. Un peu plus loin, deux armoires en verre flanquaient un présentoir vitré, visiblement verrouillé. A l’intérieur s’entassaient des ouvrages reliés et des parchemins.
Oscar poursuivit son inspection.
Des grains de poussière flottaient dans la lumière du matin. L’endroit sentait le moisi et le vieux papier. Pourtant, en dépit de la décrépitude de la maison, la boutique brillait de propreté.
Et par-dessus tout….
Oscar retint son souffle.
Pas de chat.
La raison de cette absence ne tarda pas à apparaître.
Un gros machin poilu et hirsute. Un énorme bâtard aux yeux bruns et tristes qui vint péniblement vers eux. Il boitait sur sa patte antérieure gauche termine par un moignon.
- Ah, enfin ! S’exclama la fille en s’agenouillant pour verser le contenu d’une des deux tasses dans un bol en céramique qui traînait par terre. Cet ivrogne galeux n’est bon à rien avant son premier café du matin.
Ses paroles étaient teintées d’une affection évidente.
Le chien atteignit enfin son écuelle qu’il lapa avec enthousiasme.
- Je ne suis pas sûr que le café soit très recommandé pour un chien, se risqua Oscar.
La fille se redressa, balayant sa natte par-dessus son épaule.
- Ne vous inquiétez pas, il a l’habitude.
Elle s’enfonça dans la boutique.
- Qu’est-il arrivé à sa patte ? S’enquit Oscar en la suivant, gratifiant au passage l’animal d’une petite tape qui lui valut un mouvement de queue appréciateur.
- Gelure. Ça fait longtemps que Nadia l’a recueillit.
- Nadia ? Mais ce n’est pas vous Nadia ?
- Bien sur que non, lui répondit-elle, comme si cela tombait sous le sens. Nadia c’est ma grand-mère..
Une voix s’éleva du fond de la boutique.
- Il est la Fiona ?
- Oui, je te l’emmène tous de suite. Se retournant vers Oscar, elle continua, Nadia va vous recevoir dans son bureau.
Ils passèrent devant un petit comptoir, et contournèrent un vieux buffet pour pénétrer dans l’arrière boutique.
La pièce ressemblait plus à un salon qu’à un bureau, avec son canapé, sa table basse et ces deux chaises. Même la table de travail poussée dans un coin semblait uniquement servir de support au plateau de la théière. Des armoires de rangement remplis de livres occupaient néanmoins la moitié d’un pan de mur. Au-dessus, une fenêtre munie de barreaux laissait entrer l’agréable lumière du matin, éclairant l’unique occupante des lieux.
Elle se leva en tendant la main. Sa poignée était ferme. Malgré sa maigreur et sa pâleur, on sentait qu’elle bénéficiait d’une santé vigoureuse. Elle invita son visiteur à s’asseoir sur une des chaises. Elle portait une longue robe rouge sombre, rehaussé d’un liseré doré. Ses longs cheveux argentés étaient soigneusement peignés, comme pour souligner son sérieux, mais ses yeux brillaient d’amusement.
- Vous avez rencontré ma petite fille.
Le commandant dévisagea alternativement la vieille dame si pâle et la jeune fille à la peau si sombre. Elles ne se ressemblaient pas le moins du monde toutes les deux. Oscar se garda pourtant bien de le signaler. Il avait d’autres mystères plus important à élucider.
- Oui, nous nous sommes rencontrés, rétorqua-t-il. En fait j’ai rencontré votre petite fille à deux reprises aujourd’hui.
- Ah, la curiosité de Fiona finira par lui jouer un sale tour, déclara Nadia avec une sévérité adoucie par un sourire. Vous a-t-elle rendu votre bourse ?
Oscar fronça les sourcils. Il tâta le flanc de son armure, la ou sa bourse était habituellement accroché. Rien.
Fiona fouilla dans son sac et un sortit un petit sac de cuir.
Le commandant le lui arracha immédiatement des mains. Il se rappela l’avoir heurtée quand elle était sortie de la boutique. Elle n’avait donc pas cherché à se montrer grossière. Pas seulement.
- Je vous en prie, ne lui en voulez pas reprit Nadia. C’est ça façon de dire bonjour.
- J’ai aussi vérifié son identité, intervint Fiona en haussant les épaules.
- Alors, rend lui son document.
Oscar palpa la poche de son manteau de fourrure. Vide. Par tous les dieux !
Fiona lui tendit un parchemin qu’Oscar reconnu immédiatement comme étant son ordre de mission.
- C’est tout ? Demanda le commandant en examinant toutes ses autres poches.
Fiona haussa de nouveau les épaules.
- Encore une fois, je vous prie d’excuser l’exubérance de ma petite-fille. Elle a tendance à être trop protectrice.
Oscar les dévisagea l’une après l’autre.
- Auriez vous la bonté de m’expliquer ce qui se passe ici ?
- Vous êtes ici à cause des carnets de Brann.
- Je représente un acheteur susceptible d’être intéressé, corrigea le commandant.
- Oui, nous le savons. La Lame d’Ebène, et vous avez passé toute votre journée d’hier à interroger les gens sur des objets qui seront mis aux enchères à la vente.
Surpris, Oscar haussa les sourcils.
- Nous autres bibliophiles, formons une toute petite communauté ici, à Stormwind. Les nouvelles circulent vite parmi nous.
Le commandant soupira. Lui qui croyait avoir été discret…
- A vrai dire, c’est à cause de vous que j’ai décidé d’ajouter les carnets de Brann à cette vente.
- C’est le bon moment pour les vendre, ajouta Fiona avec un peu trop d’insistance. Nous avons besoin de cet or…
Sa grand-mère l’interrompit d’un geste de la main.
- Une décision difficile. Ces carnets ont été achetés par mon père. Il les chérissait. Elles ont accompagné l’explorateur dans ces voyages a travers le monde. Il a finit par disparaître, mais ses écrits ont été retrouvés. Ne me demandez pas par quel moyen, je n’en sais rien
A l’évidence, la vieille tentait de l’intriguer. Espérait-elle l’amener à participer aux enchères ? Afin d’en obtenir un meilleur prix ? Si c’était le cas il pourrait en tirer avantage.
- Et la raison pour laquelle Fiona me suivait ? s’enquit-il
Une expression de lassitude marqua les traits de Nadia.
- Encore une fois, je vous présente mes excuses. L’an dernier un inconnu s’est présenté chez nous. Il a passé un mois entier à étudier mes archives, retraçant l’historique de certains objets en ma possession, poursuivit-elle en montrant les armoires derrière elle. Il a rétribué ce privilège avec une bourse d’or. J’ajoute qu’il a témoigné un intérêt tout particulier pour les carnets de Brann. Peu après la disparition de cet homme nous avons été cambriolées. Rien n’a été dérobé mais le présentoir dans lequel est normalement exposé les carnets avait été forcé et ouvert. Heureusement pour nous, nous rangeons toujours cet ouvrage et d’autres objets de valeur dans un coffre la nuit.
- Depuis cette soirée la, les carnets sont enfermés à la banque au coin de la rue. Nous n’en avons pas moins été vandalisées à deux reprises cette année.
- Quelqu’un voulait ces documents, en déduisit Oscar.
- C’est ce que nous avons supposé.
Le commandant commençait à comprendre. Elles ne vendaient pas seulement ce livre pour de l’or. Elles voulaient ce débarrasser de ce fardeau. Quelqu’un tenait à cet ouvrage et ce quelqu’un était bien capable de recourir à des moyens beaucoup plus violents pour l’obtenir. Cette menace risquait de peser tout autant sur le nouvel acheteur.
- Avez-vous découvert d’où venait cette obsession de l’étranger pour cet ouvrage ?
Ce fut au tour de Nadia de contempler le planché avec un intérêt certain.
- Une telle information pourrait accroître la valeur des carnets aux yeux de mon client, insista Oscar.
Nadia releva la tête vers lui. Elle avait deviné qu’il mentait. La vieille l’étudia de nouveau, cherchant sans doute la raison de son mensonge. Elle soupira et ferma les yeux. Son attitude s’adoucit.
- Je ne suis sur de rien. Je n’ai que des suppositions.
- Je m’en contenterai.
- Cet inconnu cherchait des renseignements concernant plusieurs ouvrages ayant appartenu à des savants et apothicaires disparut maintenant. En fait, trois de ses écrits seront mis en vente cet après midi. Le journal de l’herboriste Hugo de Vries sur la mutation des plantes, Application mécanique gnome de l’ingénieur Fabulovolt et Malédiction et alchimie de l’hapoticaire Lydon.
Les trois éléments qui figurent sur ma liste, se dit Oscar. Les objets qui justifiaient cette mission. Qui les désiraient autant et pourquoi ?
Nadia se leva pour se diriger vers ses placards.
- Que pouvez-vous m’apprendre sur ces ouvrages.
- J’ai le reçu original de l’achat fait par mon père. Le nom d’un village et d’une propriété y sont inscrit. Voyons si je le retrouve.
Elle traversa un rayon de lumière sous la fenêtre et ouvrit un tiroir. Tandis que la vieille dame fouillait dans ces affaires Bertal leva le nez, laissant échapper un filet de bave sur la botte d’Oscar. Puis le chien gronda sourdement.
Non à l’encontre du commandant.
- Le voilà.
Nadia se retourna brandissant un bout de vélin jauni.
Une ombre traversa la tache de lumière dans laquelle se trouvait la vieille dame.
- Baissez-vous !
Il bondit de sa chaise pour se jeter sur la vieille dame. Derrière lui, Bertal aboya furieusement, masquant presque le bruit de verre brisé.
Oscar n’avait pas réagit assez rapidement. Il se contenta de rattraper le corps de Nadia au moment où son visage disparaissait dans un jaillissement de sang et d’os. Le carreau d’arbalète avait pénétré par derrière.
Le cadavre dans ses bras, Oscar retomba prés du canapé.
Fiona hurla.
Deux pop ! distinct retentirent, avant que du verre n’éclate de nouveau. Deux cylindre en métal noir glissèrent sur le bureau, rebondirent sur le mur avant de rouler à terre..
Oscar se rua en avant, saisissant Fiona sans ménagement pour se précipiter hors de la pièce.
Le chien boitait derrière eux.
Oscar repoussa la jeune femme derrière une étagère de livres au moment où des déflagrations ébranlaient le bureau, faisant exploser le mur dans une pluie de gravats et d’échardes de bois.
L’étagère chancela, puis s’écrasa sur sa voisine et resta ainsi en équilibre précaire. Le commandant protégea Fiona de son mieux.
Au-dessus d’eux, les livres prenaient feu, déclenchant une averse de cendres et de flammes.
Oscar aperçut le vieux chien. Ralenti par sa patte mutilée, il n’avait pas réussi à se mettre à l’abri. Le souffle de l’explosion l’avait projeté contre le mur opposé. Il ne bougeait plus. Sa fourrure fumait.
Le commandant s’arrangea pour que Fiona ne le voie pas.
- Il faut sortir d’ici, s’exclama-t-il.
Il l’extirpa de leur refuge de fortune. La moitié supérieure de la boutique était ravagée par l’incendie. La boutique contenait tant de matériaux combustibles.
- Par-devant ! cria-t-il
A travers la vitre de la librairie Oscar aperçut des ombres mouvantes. D’autres tueurs.
Il regarda derrière lui. Un mur de flammes se dressait à l’arrière de la boutique. Avançant vers eux.
Ils étaient pris au piège.

_________________






Dernière édition par thobrak le Mer 29 Avr 2009 - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Mar 28 Avr 2009 - 22:21

tin thotho tu m'a obligé de lire sur mon PDA !!!!!! Pffffffff gg Smile

Mais tu ne m'empêcheras pas de demander...la suiiiiiite !

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicemare
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1907
Age : 40
Localisation : 93 but my heart belongs to 34 :)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Mer 29 Avr 2009 - 15:19

Moi j'ai lu sur mon écran mais... c'est quoi la suite au fait? Wink

cheers

_________________
You think I´m strange because I´m different, I think you´re strange because you´re all the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorga
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 2782
Age : 50
Localisation : Latitude : 43.5 Longitude : 1.3 Alt. moy. : 170
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Mer 29 Avr 2009 - 16:03

Tu serais aussi bon en tank et tu dirais pas de gros mots IRL :))))))))))


je suis déjà loin ==>[.]

nb : de toute manière je risque rien je suis déjà au gnouf avec Darkou. J'espère que se sera un compagnon de cellule pas trop lubrique^^

_________________

Sans l'ombre d'un doute.

Lien : Organisateur des sorties raid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eponimm
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 178
Age : 36
Date d'inscription : 29/09/2007

MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Mer 29 Avr 2009 - 17:00

Hé hé excellent! Et effectivement tu as bien trouvé mon homologue humain. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   Jeu 30 Avr 2009 - 14:48

non non je postais juste pour vous faire croire qu'il y avait une suite de postée....vous y avez cru hein ? Twisted Evil

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP - Ombres et lumieres. (1/06) Les carnets de Brann2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Horde] La Reflexion des Ombres
» probleme avec les lumieres des routes
» Les Ombres d'Esteren, JdR en cours de réalisation...
» Présentation de Frère des Ombres
» [Fan-fiction] Chronique des ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Thobrak-
Sauter vers: