Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Ven 25 Fév 2011 - 19:40

*ouvre la porte*

Ah ? De la lumière ??

*ferma le porte*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Ven 25 Fév 2011 - 19:43

BACTERIE NEUTRE

CET ENIGMATIQUE MISTER JACK

ANGLETERRE – 1888
*


Les différences entre un meurtrier et un justicier, un ange et un démon, un héros et un fanatique […], ne sont pas si importantes ou nombreuses que cela… dans ce genre de choses, de business, tout n’est histoire que de causes à défendre, de lignes de conduite à suivre et bien sur, de méthodes et de cibles.

Je m’entête à penser qu’Abalantir et Ayronne sont les faces d’une même pièce et pour le bien de l’Equilibre Universel, il nous faut calquer nos actions, nos faits et gestes, sur les leurs. Je ne suis pas spécialement pour l’enrôlement de tueurs psychopathes mais nous n’avons guère le choix étant donné que cette vermine de Mine Sombre se réserve la crème de la crème. Ayronne, ou les Portes du Temps comme ils aiment s’appeler, recrutent tout ce que l’on peut faire de mieux en matière de bonté, de générosité et de bons sentiments. En partant du principe où nous devons faire exactement le contraire et comme, de plus, il semblerait qu’ils aient toujours une longueur d’avance sur nous, cela ne nous laisse pas beaucoup de choix…


++ Sstevee de Saint-Just ++
++ Maître des Tortures ++
++ Etoile Majeure d’Abalantir ++


Habillé d’un chapeau de feutre mou fortement incliné sur le visage et d’un long manteau noir orné d'Astrakan, une obscure et inquiétante silhouette avançait d’un pas lourd dans une sombre ruelle parmi tant d’autres, d’une Londres qui devait être encore Victorienne pour bien des années. Se frayant un chemin à travers les débris et les ordures, cet homme s’arrêtait tous les dix ou quinze mètres pour s’appuyer contre un mur. Une étrange et nouvelle fatigue l’étreignait à chaque nouveau pas, comme si la monstruosité qu’il venait de perpétrer ce soir l’avait vidé de toute ses forces. Sous les reflets d’une lune argenté, son visage blême aurait fait frissonner le premier venu alors que ses moustaches noires et relevées sur les bords perdaient de leur élasticité sous les assauts d’une transpiration de plus en plus abondante. Haletant, au bord de l’épuisement, il ne payait guère de mine de par son apparence, surtout dans un tel moment.
Mesurant un peu plus d’un mètre soixante-dix, sinon moins et cela pour un poids en conséquence, il affichait une allure noble et quelque peu hautaine. Fantomatique dans cette nuit de novembre et surtout méconnaissable, son esprit recelait un mine d’instruction. Il possédait bon nombres de préceptes dans autant de domaines divers et variés comme l’astronomie et les sciences, la chirurgie et l’anatomie, il connaissait presque tout et son intellect s’apparentait comme un îlot perdue, dans cet océan d’analphabétisme sans fin qu’était la société londonienne de 1888. Ayant parfaitement conscience de tout cela, de sa place et de son poids, de sa rareté et de sa valeur dans le consortium britannique, notre homme, aujourd’hui si abattu, était en proie à une ambition démesurée et un orgueil sans borne à longueur de temps. Il se mettait tour à tour dans les peaux de Dieu et du Diable, d’un démon et d’un ange, et c’est lorsqu’il ne savait plus vraiment à quel rôle s’en tenir qu’il sortait, la nuit, en arpentant les ruelles pour donner la mort à celles qu’il choisissait dans ses moments de pures et intenses folies.
Pour sa cinquième victime, il s’était surpassé en dépensant une énergie qu’il ne pensait même pas contenir. Mais épuisé par son méfait, il prit le temps de s’asseoir pour récupérer dans un coin désert. Au diable cet instinct qui lui ordonnait de s’éloigner le plus possible de cet endroit, il ne pouvait plus mettre un pied devant l’autre. Fermant alors les yeux pour laisser vagabonder son esprit, il souffla lourdement pour tenter de retrouver la force nécessaire pour quitter ce quartier maudit.
C’est alors que dans un flash qui le fit sursauter, deux hommes apparurent face à lui. Tétanisé, il écarquilla les yeux en tentant de comprendre comment ces hommes avaient pu arriver là sans qu’il puisse les entendre ni déceler leur présence.
– Qui êtes-vous ? demanda-t-il.
Toujours assis, il leva des yeux hagards et tentait de détailler ces nouveaux-venus à la faible lueur de la lune. Emmitouflés de manteaux à capuchon rabattus aussi éclatants et pures que l’ivoire, d’une matière sobre et pourtant curieusement noble et raffiné, il fallut un certain temps avant que l’un deux ne dise quelque chose.
– Ton traducteur fonctionne ?
Le premier des inconnus parla à celui qui le secondait sans pourtant lâcher ne serait-ce qu’une seule seconde l’homme qui siégeait face à lui.
– Oui je pense, répondit le second énergumène. Mais de toute façon je parle couramment anglais.
– Allons bon Sydney, ne me dis pas que tu te vantes alors que moi, pauvre Sstevee je dois me contenter d’un vulgaire my taylor is rich…
– Bien sur que non…
Portant ses mains sur les bords de sa capuche, le premier homme dénommé de Saint-Just la ramena au niveau de ses épaules puis, affichant un sourire exagéré surmonté d'un bouc impeccable, il parla d’un ton enjoué pour l’adresse du vieil homme essoufflé qui demeurait face à lui, assis sur un cageot de bois. La clarté du satellite lunaire dévoila un visage d’éphèbe au sourire glacial. Des cheveux châtains coiffé en bataille et une peau blanche écrue, il se dégageait en outre de ce jeune homme une impalpable et malsaine sensation de supériorité et de toute puissance.
– Je vous souhaite le bonsoir monsieur, permettez moi de me présenter, je suis Sstevee de Saint-Just et voici mon compagnon de voyage, Sidney Losstarot.
Sstevee désigna son second et à ses mots, ce dernier qui était en retrait mis a jour son visage sans pour autant se déplacer. Il devait avoir à peu près le même âge que son compère, entre vingt-cinq et trente ans mais ses yeux semblaient trahir cette impression ; comme si à travers l’ensorcelant regard qu’il affichait, ce garçon aux cheveux de chaume et au visage doux avait vu la Création même de ce monde.
– Sydney mon bon, lança Sstevee. Et si tu allais faire un tour dans les environs pour voir s’il y a quelqu’un…
– Comme tu veux. Cela te pose problème si je vais voir de mes yeux l’endroit dont nous avons parlés précédemment et surtout dans quel état se trouve la gamine.
– Mais je t’y invite voyons… va la voir… mais j’espère pour toi que tu as omis de prendre ton déjeuner car ce n’est guère enthousiasment et il ne doit pas rester grand chose.
– Epargne moi tes conseils…
Réajustant son capuchon, Sydney se retourna puis s’en alla sans bruit. Il emprunta le chemin qu’avait pris le vieil homme pour venir et s’y engouffra. Ce dernier fut alors pris d’un terrible pressentiment et alors qu’il regardait le dos de cet homme en blanc s’éloigner, il tourna un regard mélangé de stupeur et d’appréhension vers l’homme qui demeurait toujours face à lui.
– De… de quel endroit parlait-il ?
Surpris, Sstevee baissa des yeux mielleux sur cet homme toujours à bout de souffle qui venait de s’exprimer.
– Mais voyons My Lord ! Sydney se rend sur les lieux de votre dernière création ! De votre dernière intervention ! Cette petite chambre dont vous vous êtes servi pour éviscérez cette malheureuse fille d’à peine vingt-cinq ans !
– Je… je ne vois pas de quoi vous parlez.
– Pas avec moi voyons ! Sachez que je suis l’un de vos plus grand fan ! Mais je ne suis pas là pour vous faire une éloge car peut-être l’ignorez vous mais deux policiers passeront bientôt et sachez que je n’ai donc guère de temps à perdre en palabre. D’ailleurs, avant cela Sydney devrait revenir et après avoir vu dans quel état vous avez laissé cette pauvre enfant… j’en frissonne d’avance !
– Mais…
– Il suffit My Lord ! interrompit Sstevee d’une voix ferme. Je vous l’ai dit, je n’ai pas beaucoup de temps alors écoutez moi bien. Je suis le serviteur d’une société secrète, une étoile parmi quatre-vingt-huit au sein de ce que nous appelons une citée hors temps et espace qui se prénomme Abalantir. Etant moi même Abalante de par mon statut, je suis à la recherche d’hommes tels que vous, de génies, que dis-je, de surhommes ! Votre œuvre restera dans les annales et je peux vous garantir que vous serez mondialement connu ! C’est pourquoi je vous fais l’insigne honneur de nous rejoindre !
Ayant retrouvé un semblant de souffle, le vieil homme s’agita sur son trône de bois. Pétrifié par de tels propos, il ne savait plus à quoi s’en tenir ; pire que tout, il ne parvenait pas à retrouver son calme dans pareil moment de crise.
– Le crime que vous avez commis ce soir sera le dernier d’une série, fit Sstevee. Mais il sera néanmoins celui qui vous fera entrer dans la prospérité. Vous avez massacré cette pauvre enfant en la charcutant, vous l’ignorez sûrement mais il faudra pas moins de trois heures pour reconstituer son corps… mais je ne suis pas là pour juger de votre méfait, ni de vos raisons qui vous ont poussé à être aussi barbare…
– Mais enfin… comment pouvez-vous savoir ? Etiez-vous là ?
– Oh je n’ai pas eu le courage d’assister à cela. Mais ce dont vous devez vous soucier désormais est de votre santé mentale. Je ne vous le cacherais pas plus longtemps, après un tel crime, aussi ignoble et abject, votre esprit torturé est en proie à la folie et vous n’allez par tarder à y succomber. Oui My Lord vous m’avez bien entendu… vous êtes perdu et vous ne tarderez pas à sombrer dans la folie la plus pure… un dément, incapable d’articuler la moindre parole, de manger seul, et comble du ridicule, de faire vos besoins par vous même… oh oui… Mister Jack ! Mister Jack… vous permettez que je vous nomme ainsi ? Vous qui allez être aliéné d’ici peu ! Permettez moi de vous nommer ainsi ! Mister Jack !
– Vous… vous dites n’importe quoi !
Il balbutiait mais trouva la force de se remettre debout dans un geste éclair. De l’écume aux lèvres et les yeux injectés de sang, son visage se convulsait et sa bouche se tordait. Il ne maîtrisait plus son propre corps et se laissait guider par l’instinct de survie. Faisant volte-face et alors que son chapeau s’envolait, pris dans la tourmente du mouvement, il fouilla dans la mallette qu’il dissimulait jusque là et en sorti une lame couverte de sang. Se retournant alors pour faire de nouveau face à ce Sstevee, il leva son arme et hurla en l’abattant.
– Si le secret n’en n’ai plus un il vous faut mourir !
Le coup fut abattu de façon verticale, nette et étrangement précise alors que le vieil homme souffrait de ses tourments internes. Jusqu’alors mielleux et condescendant, le visage de Sstevee se pétrifia pour adopter une mine neutre. A mi chemin, le coup fut bloqué, non pas par une poigne mais juste par un doigt, et encore, aucun contact entre les deux hommes ne se fit. Sstevee, l’air impartial venait juste de lever un doigt de sous son habit blanc puis, après l’avoir pointé dans la direction du bras menaçant, une petite lumière s’en était dégagé, bloquant ainsi mystérieusement le coup et le suspendant. Désormais dans l’incapacité d’avancer plus loin, le vieille homme que Sstevee sa plaisait à prénommer Mister Jack fut surpris de se retrouver complètement immobilisé.
– Comment… que se passe-t-il ?
– Et encore mon brave… ceci n’est qu’un misérable aperçu de mes pouvoirs. Je vous donne alors une dernière chance Mister Jack. Joignez vous à moi et mes pairs et je vous sauverai ! Rejoignez les rangs de la citée d’Abalantir, devenez une étoile, devenez le maître de votre discipline et vous serez sauvé ! Vous serez mon égal !
– Mais je ne comprends pas ! De quoi voulez vous me sauvez ?
– Oh mais c’est très simple, répondit-il en faisant disparaître la lumière du bout de son doigt. Je veux vous sauvez de trois choses.
Ainsi libéré, le vieil homme alla s’écraser contre le mur de derrière et atterrit de nouveau sur les cagettes de bois. Alarmé et perdu, il lâcha sa lame ensanglantée puis passa une main sur sa bouche de façon à étouffer ses cris de stupeur.
– Trois choses My Lord. Je viens de vous le dire pourtant mais la première de ces trois choses n’est autre que vous… comment votre esprit tortueux et instable pourrait bien survivre à ce que vous venez de commettre, vous allez devenir fou, que dis-je ! Fou furieux et vous finirez à l’asile. Cela je peux l’empêcher, vous n’avez qu’à répondre oui à la main que je vous tends. Devenez un membre d’Abalantir, j’ai besoin d’un homme de votre prestance !
– Mais… j’aimerais comprendre !
– Nous n’avons guère le temps pour cela ! Je vous l’ai déjà dit auparavant. Une patrouille de police ne devrait pas tarder ; la deuxième chose dont je puis vous sauver. J’ai le pouvoir de m’éclipser et vous non. En proie à la folie, il ne faudra pas une heure à la police pour vous faire avouer vos méfaits… inutile de vous préciser le sort que l’on mérite aux assassins.
– Oui… je me doute bien oui, bien que jamais je ne pourrais me vanter d’être un vulgaire assassin… je suis bien plus que cela… je suis…
– Cessez vos babillages My Lord… car voici venir la troisième chose dont je suis censé vous protéger. Avant qu’il soit trop tard je vous conjure de me répondre oui… devenez une étoile d’Abalantir…
Sstevee pointa un doigt vers le fond de la ruelle et le vieil homme vit revenir le compagnon de tout à l’heure. Mais son sang se glaça à la seule vue de son visage et de la mine qu’il arborait. Déformé par la haine et la colère, ses yeux lançaient éclairs et flammes. Alors que l’instant d’avant il semblait inoffensif et calme, il tenait désormais plus du monstre possédé par sa propre rage et instable que de l’éphèbe au visage pur. Toute la haine du monde était dans ce regard… et toute cette haine se dirigeait vers une seule et unique personne…
– Sydney est un romantique, souffla Sstevee. Et après avoir vu ce que vous avez fait à cette pauvre enfant, il est ivre de rage… il n’a qu’une seule envie, vous étripez et repeindre la ruelle avec votre sang… pour vous sauver, une seule solution…
– Rien ni personne ne le sauvera ! Même pas toi !
Sydney intervint alors qu’il arrivait à la hauteur des deux hommes. De sous son habit, il fit apparaître des mains recouvertes de gants métalliques. Toutes hérissés de piques, chaque doigt se recourbait légèrement pour finir en un épais crochet. Des armes acérés et au combien meurtrières et alors qu’il les levait bien haute, Mister Jack vit sa propre mort arriver dans la froide lueur de la lune.
– De quelle couleur est ton sang ? Montre moi ton vrai visage ! Monstre au masque d’humain !
Sydney abattit violemment l’une de ses main mais Sstevee s’interposa entre les deux hommes. De sa main gauche il stoppa l’attaque de son compagnon en retenant son bras de sa puissante poigne alors que de la droite, il agrippa la cible du chasseur par le col de son manteau.
– Ceci est votre dernière chance My Lord, lança-t-il en soutenant le regard noir de Sydney. Vous n’avez qu’à dire oui et vous aurez le vie sauve et un avenir radieux vous attendra… déclinez mon invitation et c’est votre cervelle qui servira de tapisserie à cette ruelle !
– Dégage de là Sstevee !
Sydney se défit de l’étreinte de son compagnon et le bouscula sans prendre la peine de dire quoique se soit. Tel une feuille prise dans la tourmente d’une tempête, Sstevee fut relégué en un instant au second plan et c’est un Sydney fou de rage qui arma une fois encore ses mains gantelées de fer et cela, pour assener un terrible coup a cet homme qu’il considérait comme indigne de vivre. Se raccrochant à la vie et tentant le tout pour le tout, Mister Jack, dans un ultime réflexe, parvint à se mettre hors de porté de l’attaque et Sydney brassa le vide. Basculant sur le pavé, il se mit à ramper à reculons pour échapper à la mort. Le suivant lentement, Sydney se lécha les lèvres, prenant ainsi un plaisir non dissimulé à savourer chaque seconde qui s’écoulait.
– Je vais t’arracher le cœur et le dévorer sous tes yeux…
Le vieil homme écarquilla les yeux alors que Sydney sautait sur lui. Mais prenant sa tête entre ses mains, il se mit à hurler dans le vent la seule chose qu’il pensait pouvoir le sauver…
– Oui je le veux ! Je veux être une étoile d’Abalantir !
Une fois encore, la main brassa le vide et dans un éclair rougeoyant, le corps du vieil homme disparut sans laisser de trace…

Se remettant difficilement de ses émotions dans la sombre ruelle, Sstevee souffrait de légères commotions sans gravité. Dans sa colère, son compagnon l’avait envoyé heurter un mur et bien que l’impact est été ralenti, le choc fut dur et son front s’ornait désormais d’une nouvelle bosse bien peu esthétique. Calmé mais ruminant d’obscures pensées, Sydney, arc-bouté contre un mur regrettait de n’avoir pu menée ses projets en trucident ce vieux fou.
– Tu aurais pu y aller doucement Syd. Regarde un peu la figure que j’ai… on me croirait sorti d’un tête à tête avec un boxeur…
– De quoi te pleins-tu ? Tu devrais te réjouir plutôt, Abalantir vient de s’embellir d’un nouveau monstre en la personne de ce type.
– Un monstre ? Voyons Syd…
– Tu n’as pas vu cette gamine… les tripes à l’air et… moi j’ai tout vu, son cerveau, ses organes… il a tout mis en charpie ! Ce type est une véritable ordure !
Levant les yeux au ciel, Sstevee ne pouvait résolument se faire à un tel entêtement.
– Tu m’énerves à la fin. Il a tué ? Et alors… cinq prostitués qu’est-ce donc à coté de toi ou bien de moi. Je te rappelle que toi aussi tu as tué par le passé et moi aussi, sommes-nous pour autant des monstres ?
– Tu es un monstre Sstevee ! fit-il en lançant un doigt autant crochu qu’accusateur dans la direction de son compagnon. Et je le suis très certainement devenu avec le temps… peste soit de tout cela… peste soit de ce conflit entre Ayronne et Abalantir.
Fatigué, Sstevee s’avança pour sortir de la ruelle, en chemin il ramassa le couteau maculé de sang et le chapeau de feutre de Mister Jack et les rangeant dans les plis de son habit, il soupira d’aise en se rendant compte que finalement, sa mission se soldait par une brillante victoire et en un temps record qui plus est.
– En tout cas Syd, ils ont fait ce qu’il fallait au service de télé-transportation… tu as vu ça ? Dès l’instant ou le vieux a hurlé qu’il voulais bien nous rejoindre, hop là, disparu…
– Il a été a un cheveu de finir embroché…
– Certes mais crois-tu que j’aurai du lui stipuler que le voyage jusqu’à Abalantir lui causerait d’atroces souffrances car ne possédant pas la combinaison adéquate à la dispersion moléculaires ?
– Tu vas me trouver puéril Sstevee… mais c’est bien fait pour lui.
A ces mots, Sydney se redressa puis rejoignit son compagnon en quelques foulées. Il se sentait souillé de la vision qu’il avait eu de cette pauvre enfant, il ne voulait qu’une seule chose, revoir sa chambre et prendre un bain, la compagnie de son maître lui manquait aussi. A cette seule pensée, son visage tendre rougit et il tenta de le dissimuler aux yeux du monde extérieur. Après quelques pas, les deux hommes finirent par sortir de la ruelle.
– Je sais Syd que tu étais contre l’enrôlement de ce type, mais je crois pour ma part que nous n’aurons pas à le regretter…
– C’est un tueur de femmes Sstevee, bien sur que nous aurons à le regretter ! Hier nous recrutions la comtesse sanguinaire, Erzsebet Bathory et maintenant ce type… dis moi Sstevee, qui est le prochain ? Le docteur Petiot ? Charles Manson ?
– Ça ne va pas te plaire…
– Qu’importe Sstevee… dis le moi…
Le ton défaitiste de son ami le fit sourire, il semblait persuader que tout cela mènerait Abalantir vers le désastre et bien que pour lui, une telle chose ne pouvait se réaliser, il fut surpris qu’un homme de la trempe de son compagnon puisse se laisser à aller à penser de la sorte.
– Très bien mon ami… le nom de Gilles de Rais ne doit pas t’être inconnu ?
La stupeur fut pareille à la plus douloureuse des gifles.
– Pardon ? Tu veux dire que nous allons pour recruter le type qui a inspiré le mythe de Barbe-Bleue ? J’espère que tu plaisantes ? Ce monstre a sauvagement assassiné presque cinq cent gosses et adolescents ! Sstevee ! Ce type a non seulement confessé les avoir violé avant et après qu’ils soient mort mais aussi pendant que ces pauvres gamins se vidaient de leur sang ! Il les a torturé ! C’est un satanique !
– Je sais tout cela Syd… mais tu sais, si les méthodes d’Abalantir ne te convienne plus, Ayronne se fera un plaisir de t’accueillir…
Mais Sydney ne répondit pas… déjà secoué par une telle annonce, il ne voulait pas se lancer dans un inutile débat. D’ailleurs, personne n’ignorait au sein d’Abalantir qu’il désapprouvait leur nouvelle méthode de recrutement, à savoir l’enrôlement de tueurs en série et de monstres sanguinaires. Même s’il le pensait depuis bien longtemps, Sydney ne pouvait se résoudre à quitter Abalantir, pas tant que son maître serait l’un des piliers de la cité, un homme dénigré car il demeurait l’un des seul Abalante à ne pas avoir renié son humanité… un homme bon et juste, loyal… un homme digne de faire parti des rangs d’Ayronne mais qui s’entêtait pourtant a demeurer là où il était. Sydney en souffrait plus que quiconque car étant son disciple préféré, lui aussi partageait la vision de son maître ; mais possédant un statut de bien moindre importance, il ne plaisait guère aux autres étoiles de même rangs que lui…
Perdu dans ses pensées, Sydney soupira et languissait de revoir cet homme qui représentait tout pour lui. Sstevee le comprit et s’en rendit compte. Homme jaloux et cruel de nature, il ne se gêna pas pour attaquer son compagnon sur un sujet qui le mettrait mal à l’aise.
– Je ne te l’ai jamais dit mais je n’approuve pas la relation que tu as avec ce type Syd…
– Je me contrefiche de ton approbation et ne te permet pas de juger une chose que tu n’es pas apte à comprendre.
Une telle réponse le surpris.
– Je dis cela seulement parce que je suis ton ami et je…
– Si tu étais mon ami, coupa-t-il sèchement. Ce que je doute être le cas, tu ne te permettrais pas un tel discours. Ami ? N'as-tu jamais eu d'amis d'ailleurs ? Ne parle pas de choses que tu ignores...
- Tu dois avoir raison, souffla Sstevee dans un soupire à fendre l'âme.
Et pourtant des amis il en eu plus qu'il aurait pu en rêver pour plusieurs vies, ses anciens frères du Conclave des Ombres. Mais dans un sens, il était heureux de les avoir laissé en Azeroth et ainsi perdu pour toujours, qu'aurait dit Verti, Sando, Nicemare, Jorga et les autres en voyant quel démon il était devenu ? Vendant jusqu'à son âme en échange d'une dexieme chance... d'une deuxième jeunesse et d'une source intarissable de puissance ? Lui qui au jour d'aujourd'hui aurait pu se vanter de faire plier d'un claquement de doigts le terrible Hakkar où même Cho'gal, il ressentait un étrange vide dans son coeur...
Surpris d'une telle réaction, Sydney lança un regard en coin et fut stupéfait de voir celui qui ne considérait jamais plus comme un obstacle afficher une mine étrange.
- Quel regard Sstevee... t'aurais-je blessé ?
- Bien sur que non gamin, j'étais nostalgique un moment... en pensant à ces amis que je ne reverrait jamais, à cette femme que j'ai laissé.
- Toi ? Tu as été marié ?
- Presque, elle m'aimait c'est déjà un bon début.
- Et comment s'appelait-elle cette brebis perdue entre les griffes du pire démon que j'ai eu le plaisir de connaitre ?
- Vrykyl...
- Vrykyl ? Quel nom étrange... comme cette ordure que nous avons ramené, Jack l'Etrangleur c'est ça ?
- L’éventreur Syd… Jack l’Eventreur…



Sstevee de Saint-Just / Sidney Losstarot

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicemare
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1907
Age : 39
Localisation : 93 but my heart belongs to 34 :)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Ven 25 Fév 2011 - 21:56

Héhé merci Soul!

Ca fait plaisir de te relire Smile
Mais c'est juste un peu court... la suiiiiiite!

_________________
You think I´m strange because I´m different, I think you´re strange because you´re all the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Ven 25 Fév 2011 - 22:05

Hey GG soul !!! Soul is baaaaaaaaaaaack !!!! cheers cheers

./s'en va relire les épisodes précédents car un peu (beaucoup) perdu le fil la drunken ....mais ca me plait de recruter des massacreurs de femmes sans défense tiens Twisted Evil Twisted Evil

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nessia
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 891
Age : 40
Date d'inscription : 01/06/2010

MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Sam 26 Fév 2011 - 0:57

Ca m'étonne pas de toi ça Sstevee.

Joli texte Soul Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Verti
Totem de Soucis (GM)
avatar

Nombre de messages : 3049
Age : 44
Localisation : Sartrouville FRANCE
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   Ven 10 Fév 2012 - 13:22

GG Soul !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - BACTERIE NEUTRE 3] CET ENIGMATIQUE MISTER JACK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [23/10/2013] Pack de tenues de L'Étrange Noël de Monsieur Jack
» Mr Jack et Sally
» Skin pour mister amakna !
» [Neutre] Gardiens Sacrés
» [Guilde Neutre] Kirin Tor. (Nom Ig : Académie Pourpre.)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Soul-
Sauter vers: