Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Jeu 17 Nov 2011 - 18:24

Kikoo all ! Petite histoire en deux parties.

Voilà deux trois jours que je griffonne cette histoire, une fois terminé je la trouve pas vraiment géniale... mais comme ça fait très lgtps que je n'ai pas pris la plume, je me dit que je devrais pas être aussi dur avec moi même.

Enjoy


Dernière édition par Souleazer le Jeu 17 Nov 2011 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Jeu 17 Nov 2011 - 18:25

DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE

PREMIÈRE PARTIE


Dans la nuit noire de Durotar, une ombre féline arpentait les chemins déserts de la région, les cheveux aux vents et le cœur battant, elle courait à perdre à l’haleine, ses pieds nus, recouverts d’écorchures et de blessures la faisaient souffrir le martyre chaque fois qu’elle mettait un pas devant l’autre mais bien décider à ne pas arrêter sa course folle, elle serrait les dents et faisant abstraction de cette douleur si insupportable, elle continuait, inexorablement. Son regard innocent affichait un sentiment de terreur constante alors que ses magnifiques yeux noisette, eux ne larmoyaient que désespoir et fatigue. Quelques mèches poisseuses se collaient à ses joues rouges et son front ensanglanté. Sa course effrénée semblait ne pas avoir de but précis, le premier spectateur venu aurait plutôt l’impression qu’elle tentait d’échapper à une menace qui lui faisait peur au point qu’elle ne pensait plus qu’à sa survie. La menace en question, sous la forme d’un groupe d’initié de la Lame Ardente, lui donnait la traque avec une seule idée en tête : tuer.

A l’auberge de Tranchecolline, le vieux patron s’acharnait à faire briller sa vaisselle la frottant à l’aide d’une serviette de lin. Que ce soit les gobelets, les assiettes ou même les couverts, tout luisait, tout resplendissait d’une propreté presque immaculée, mais qu’importe, l’aubergiste continuait, comme victime de troubles compulsifs. En voyant cela, Sorkenn le Druide, l’un des trois derniers clients encore présent à cette heure, alors qu’il se régalait d’un morceau de sanglier à la broche avec deux de ses amis, commença à se poser des questions sur la santé mentale du vieil orc. Ce dernier devait être fou pour frotter ainsi, surtout avec tant de force ! Mais le plus préoccupant restait cette mine paniquée qu’il arborait constamment depuis la tombée de la nuit. Les bruits que l’aubergiste faisait en astiquant sa vaisselle finirent donc d’indisposer le troll. Il tenta de se concentrer sur son morceau de viande mais non, rien à faire, cette façon de faire commençait à devenir insupportable. Ses compères n’y faisait même pas attention tant ils étaient occupés par leur dîner, Vertigo Stormseeker mangeait sa cuisse en faisant tout un tas d’éclaboussures alors que d’un air presque distingué, Wysiwyg la prêtresse, buvait à petites gorgées une chope de lait. Sorkenn, pour sa part, ne pouvait plus rien avaler, l’aubergiste le rendait fou ! N’y tenant plus, il le héla d’un air renfrogné.
– Eh ! Tu ne crois pas que ta vaisselle est propre ? Arrête de t’acharner dessus, le raffut que tu fais m’empêche de manger.
Quand l’aubergiste leva les yeux pour répondre au Druide, ce dernier comprit alors, le vieil orc n’agissait ainsi que par nervosité, quelque chose le terrorisait. Ses deux amis levèrent alors le nez de leur assiette et regardèrent à leur tour l’aubergiste, constatant alors son malaise.
– C’est que mon seigneur… vu l’heure tardive, il faudrait que je ferme mon auberge…
– Et pourquoi ça, rétorqua Verti d’un air sarcastique. Aurais-tu peur du noir ?
– Bien sur que non, mais…
– De quoi alors ? Pourquoi es-tu si nerveux ? Parle donc, n’aie pas peur.
– C’est que… je…
Mais il n’eut pas le temps de terminer sa phrase que déjà, la porte de l’auberge s’ouvrit avec fracas. Une elfe de sang, toute en armure pénétra dans l’auberge, l’air épuisé.
– La taverne ferme ! lança-t-il derechef. Tu ferais mieux de passer ton chemin, étrangère !
– Comment ? rétorqua l’elfe d’un air offusqué. Même pas une chope de bière pour une voyageuse fatiguée, venant de la lointaine Lune d’Argent ? Soit, mais la rétribution sera conséquente car je suis une femme de sang noble ! Paladin de surcroit !
– Je ne reste ouvert pour personne par ces temps ténébreux, des choses qu'aucun être saint n’accueillerait apparaissent la nuit !
Le paladin s’apprêtait à faire volte face lorsqu’elle fut apostrophée par un Sorkenn, trop heureux sur le coup de faire payer la nervosité de l’aubergiste en le contredisant.
- Ne sois pas ridicule l’elfe ! N’écoute pas ce vieux fou et viens donc te joindre à nous ! Et toi l’aubergiste, une choppe de bière pour la demoiselle !
Surprise, la demoiselle en question n’en fut toutefois pas démontée et, trop heureuse de se voir offrir une choppe de bière, elle afficha un large sourire et se dirigea vers la tablée. Elle s’y assise et regarda du coin de l’œil l’aubergiste. Ce dernier, aussi nerveux que lâche, n’osa guère répondre et se dirigea vers son tonneau et remplit donc une choppe pour la voyageuse.
- Tu fais honneur à ton peuple ami tauren, lança-t-elle. Je suis Elminrad, paladin en errance, de la lointaine Lune d’Argent.
- Pas besoin de remercier, moi je suis Sorkenn, l’orc c’est Verti et la trolle c’est Wysiwyg.
La prêtresse lui fit un clin d’œil entendu mais Verti, lui ne lâchait pas des yeux l’aubergiste. Sa curiosité aiguisée, il l’invita à continuer son histoire.
– Des choses apparaissent la nuit tu disais ? Quoi donc ? Voyons, tu as devant toi trois des plus grands aventuriers qu’est jamais porté Kalimdor, tu peux parler sans craintes !
– Quatre en fait, susurra Elminrad dans un soupir amusé.
Verti ne releva l’allusion de la nouvelle venue, trop occupé à mettre l’aubergiste en de bonnes dispositions pour le dialogue.
– La Lame Ardente, mes seigneurs. S’ils voient de la lumière, ils vont…
– La lame à Dante ? interrompit Sorkenn. Qui c’est ce Dante ?
– Non, non… Lame Ardente. Mais vous ne les connaissez pas, vous voulez sans doute plaisanter, tout le monde connait la Lame Ardente…
– Ecoute vieillard, dit Wysiwyg, aurions-nous l’air, par hasard, d’êtres venus d’un autre monde ?
– Eh bien non…
– Ou alors de personnes voulant plaisanter.
– Certes non, mais…
– Eh bien parle, nous aimerions finir de manger.
– Comme vous voudrez, donc la Lame Ardente est…
– Approche vieil orc, fit Verti, ne reste pas derrière ton comptoir, viens te joindre à nous.
L’aubergiste posa le couteau qu’il tenait jusqu’ici sur le rebord du bar et l’enjamba avec toute la souplesse d’un athlète et cela malgré son âge. Il se dirigea vers les aventuriers et prit un siège en s’asseyant en face du chaman. A sa droite, le Druide le dévisageait d’un regard inquisiteur alors qu’à sa gauche, Wysiwyg commençait à s’endormir et Elminrad, apparemment indifférente au fait qu’il ai oublié de lui servir sa bière, le regardait d’un air béat, le même qu’on les enfants avant que leur père ne leur compte une histoire merveilleuse, pleine de belles et sottes princesses enlevées à délivrer, de cruels démons venues d’autres mondes et bien d’autres merveilles encore.
L’aubergiste prit sa respiration et se lança dans son récit :

« Jusqu'à la Seconde Guerre, la Lame Ardente (Burning Blade) tenait plus d'une bande de fauves que du clan. Chaotique et imprévisible, cette confrérie d'orcs sauvages avait un seul plaisir et un seul dessein : semer trouble et destruction, quels que soient les risques qu’ils encouraient. Cette meute sauvage dénuée de chef était tenue en laisse par les Ogres qui ne la lâchaient qu'en cas d'urgence. Ces bêtes violentes ignoraient les sentiments de loyauté ou de dévouement, ils s'en prenaient à tout ce qu'ils considéraient comme une menace - même s'il s'agissait de leurs semblables, les orcs. A la fin de la Seconde Guerre, la Lame Ardente fut presque entièrement massacré par les troupes d'Uther Lightbringer. Seule une minorité put survivre, les Maîtres-Lames, dont certains forment aujourd'hui la garde de Thrall. »
« Aujourd'hui, le clan Lame Ardente n'a plus rien à voir avec ce qu'il était autrefois. Après la libération des camps d'internements par Thrall, certains orcs retrouvèrent le clan de la Lame Ardente. A présent, il est au service du Conseil des Ombres situé à Gangrebois et adore la Légion Ardente. Récemment, le démoniste Neeru Lamefeu, servant le Conseil des Ombres de Jaedenar, a été chargé de recruter des orcs afin d'infiltrer Durotar de l'intérieur. Il nomma cette organisation sectaire Lame Ardente, mais il n'y a aucun lien entre l'ancien clan orc et la secte de Lamefeu, qui mène aujourd'hui des actions en Durotar, dans les Tarides et à Désolace. A présent c'est une affiliation de nombreuses créatures telles que les orc, les Satyres et des démons. Ils maintiennent plusieurs possessions dans tout Durotar, où ils complotent constamment pour provoquer la destruction de la Horde. Unis par leur allégeance aux préceptes de la démoniaque Légion Ardente, les membres de Lame Ardente ont établis des bases dans des endroits tels que le Rocher du Crâne près d'Orgrimmar et le redouté Gouffre de Ragefeu situé sous la ville. »


Après un tel discourt, aucun des quatre aventuriers ne se permit de prendre l’aubergiste à la légère. Si ce qu’il disait était vrai…
- Eh bien, souffla Verti admiratif. Tu en sais des choses…
- Je suis aubergiste, les bruits, les rumeurs, tout passe par ici et ce qui se dit ici ne tombe jamais dans l’oreille d’un sourd.
- Je vois ça, ironisa Sorkenn. Mais pour revenir à cette fameuse Lame Ardente… a-t-elle donnée des signes d’activités récemment pour que tu sois aussi craintif ?
- C’est cela même, certains groupes parviennent à s’infiltrer pour perpétrer des actes d’intimidations, notamment contre les commerces. Les gardes semblent complètements dépassés… et voila donc la raison de mes inquiétudes…
- Balivernes, souffla Verti, tant que nous serons là, tu n’aura rien à craindre !
– J’aimerais bien vous croire…
– Tu peux avoir confiance, renchérit le chaman. Nous sommes des combattants expérimentés, peu de chamans peuvent se vanter d’être aussi doué que moi dans la maitrise des éléments. Mon ami druide, ici présent, a accès à des métamorphoses qui le rende quelque peu difficile à vaincre. Sans parler de Wysiwyg, peut être la plus talentueuse des guérisseuses Darkspear. Et puis… comment tu t’appelles déjà ?
Elminrad roula les yeux, à peine vexé que l’on ait déjà oubli son nom.
– Je suis Elminrad, mon épée ensorcelée est capable de trancher n’importe quel bouclier d’acier aussi facilement qu’un couteau découpe un morceau de viande.
A ces mots, le paladin dévoila de son fourreau dorsal, une arme impressionnante, brillant de mille inquiétants reflets violets.
– Tu vois, conclu Verti. Tant que nous serons là tu n’auras rien à craindre. Va maintenant, ramène-moi donc cette choppe de bière que mon amie Elminrad attends depuis son entrée ici bas…
– Avec plaisir, mon seigneur.
L’aubergiste se leva et se dirigea vers l’arrière-salle pour aller chercher le fameux breuvage tant attendu par le paladin. Le vieil orc n’avait plus cette sensation d’inquiétude sur son visage, il était bien plus serein et paisible et c’était avec un franc sourire qu’il s’exécuta. Verti fut heureux d’apercevoir qu’ils avaient réussi, lui et ses amis à rendre un peu d’espoir au vieillard. Wysiwyg avait terminée sa choppe de lait quand l’aubergiste revint vers la table des aventuriers, les mains vides, l’expression de son visage était penaude et quelque peu gênée. Verti s’en rendit compte et lui demanda ce qu’il en retournait et fut amusé par sa réponse.
- J’ai honte mais, je n’ai plus de bière, ma réserve se trouve dehors, et, je ne suis pas rassuré d’y aller seul à cette heure.
- Si tu n’y vois pas d’objections, lança Elminrad dans un rire. Je vais t’accompagner. Parce qu’après tout, moi seul veux de cette bière et vu la façon dont je me suis invitée, je peux comprendre que tu sois à court.
- Oh, je ne voudrais pas vous déranger, mais c’est avec un grand plaisir que j’accepte votre compagnie.
- Alors allons-y.
Le paladin et le vieil orc passèrent le pas de la porte de l’auberge et se dirigèrent vers la réserve, le bâtiment n’était qu’à deux pas de là. Dehors, la nuit était noire et froide, la faible clarté de la pleine lune donnait aux choses une couleur bleutée et une forme abstraite. Par simple précaution ou tout simplement pour rassurer l’aubergiste, Elminrad s’était armée de son épée. Il n’y avait pas beaucoup de chemin à faire jusqu’à la réserve mais elle n’était plus tout à fait confiante après le récit du vieil aubergiste. Si ces orcs de la Lame Ardente étaient effectivement des monstres, elle préférait ne pas en rencontrer alors qu’elle était accompagnée d’un vieillard. Ils pénétrèrent enfin dans l’endroit voulu, la forte odeur de renfermer qui y régnait incommoda le paladin qui se pinça le nez avec ses doigts pour tenter de renflouer les effluves nauséabonds. En la voyant faire, la bouche ridée de l’aubergiste se fendit d’un sourire, découvrant ainsi une dentition quelque peu gâtée. Il attrapa un tonnelet et pris la direction de la sortie.
Dehors, la lune n’avait pas bougée. Toujours fixe et inerte. Mais la faible lumière qu’elle diffusait permit au paladin d’apercevoir quelque chose. Loin devant elle, bien au-delà de la trouée des remparts et hors de la ville, quelque chose bougeait… des ombres se déplaçaient, quelqu’un ou quelque chose approchait ! Cependant, il était difficile pour elle de voir avec précision ce qui se tramait à une aussi grande distance. Un animal ? Un humanoïde ? Impossible à dire. Mais dans tout les cas, cette chose courait vite, comme si elle tentait d’échapper à tous les malheurs du monde.
Elminrad fit un pas en avant, serra les poings et plissa les yeux. Impossible d’y voir quelque chose. La porte de Tranchecolline était à quelques mètres mais au delà des feux de sécurité, il n’était guère aisé d’apercevoir quelque chose de concret, au delà… et même…
- A l’intérieur… ? s’étonna Elminrad. Aubergiste, où sont les sentinelles ? Pourquoi la trouée, là-bas est-elle laissée ainsi à l’abandon ?
- Je ne sais pas mais c’est une des raisons pour lesquelles il faut être prudent une fois la nuit tombée. Il se passe des choses étranges en Durotar depuis quelques temps et l’abscence de sentinelles à cette heure-ci en est la preuve ; rentrons.
Le ton employé par l’aubergiste fit frissonner Elminrad : ce n’était pas une requête, c’était bel et bien un ordre. Déglutissant, elle se retourna vers lui et vit affiché sur son visage une expression paniquée, de celles qui font prendre conscience qu’il serait dangereux de ne pas écouter un tel conseil.
- Tu as raison… rentrons…
- Mais qu’est-ce que ? lança l’aubergiste d’un air étonné.
Avec sa propre peur, elle en avait oublié l’ombre mouvante… reportant son attention sur celle-ci, elle fut autant surprise que son compagnon. Ce n’était plus une ombre… c’était une jeune fille ! Elle accourait dans leur direction.
- Je n’aime pas ça… j’y vais !
Son instinct pris le pas sur sa réflexion et les quelques mètres qui séparaient Elminrad de la porte furent franchis en quelques enjambées.

Sans même s’en rendre compte, la jeune fille vit apparaître devant elle les hauts remparts de ce qui semblait être une ville fortifiée. Dans son malheur, elle se surprise à reprendre espoir… et la vue de ces deux formes, la première grande et colossale dans son armure, la seconde courbée mais imposante de par sa nature d’orc, ne lui inspira aucune méfiance, tant sa situation ne pouvait être pire.

Elminrad mis un pied hors de la ville et pu, à cette distance, entrevoir enfin la jeune fille. C’était une elfe de sang, sa corpulence et sa façon de se mouvoir le lui apprirent sans grande difficulté. Cependant, à cette distance, ses yeux auraient du irradier tel des soleils de gangrefer en fusion…
- Une haute-elfe ? C’est une plaisanterie… elle n’aurait pas succombée à la malédiction ?
Elminrad l’interpella en orc mais elle ne répondit pas, elle essaya une deuxième fois, en thalassien mais avec autant de succès que la première fois. Il ne lui restait que des bribes de darnassien…
- Fandu-dath-belore ? se risqua-t-elle à dire. Evidement… à quoi m’attendais-je…
A travers ses yeux baignés de larmes, la jeune fille réussit à entrevoir la forme la plus grande des deux ombres, elle aperçut son armure rouge et noir, sa chevelure flamboyante et son regard dont le vert incandescent la fit frémir jusqu’aux os. Cette couleur ne lui rappelait que trop la corruption de la Légion Ardente, de ces démons de pierres que les démonistes de la Lame Ardente avaient invoqués pour raser son village, tuant ceux qui osaient se défendre, les vieux et les trop jeunes enfants, alors que les autres étaient emportés vivants et mis en cage comme des betes ; jamais elle n’oublierait ces monstres, ceux-là même qui n’en pouvait plus de rire alors qu’ils faisaient subir à sa mère et à son frère les pires outrages, pas même si ces événements s’étaient déroulés il y a tant d’années…
Pouvoir échapper à ces monstres de la Lame Ardente, trouver une ville et finalement tomber sur un démon de la Légion, le faible regain d’espoir qu’elle venait de ressentir fondit comme neige au soleil. Etrangement, elle parvint à faire dévier sa course mais à peine avait-elle avancée d’un mètre que la fatigue la submergea ; elle s’écroula, à bout de forces et au seuil de l’inconscience.
Elminrad s’élança tel un diable hors de sa boite alors que la jeune fille s’écroulait. Elle s’accroupit à ses cotés, la prise dans ses bras et posa sa tete sur ses genoux. Ce qu’elle vit lui glaça le sang. Toutes ces blessures, ces marques, ces contusions et ces écorchures…
- Pauvre enfant…
A se demander comment une personne dans une condition aussi misérable avait pu trouver la force de courir ainsi. Les pauvres pieds de l’inconnue, ensanglantés, et ses grands yeux ternes n’exprimaient plus que la tristesse et la détresse. Elminrad fut émue par un tel sort et surtout, par tant de courage. A la voir de si prêt, elle découvrit que son pressentiment de tout à l’heure était fondé, il s’agissait bien d’une haute-elfe, avec son corps, pareil à celui d’une elfe de sang mais sa peau écrue et l’absence de corruption dans son regard.
Encore inconsciente, Elminrad pris la jeune fille dans ses bras et se releva le plus doucement possible.
- Tu es si chétive… pauvre enfant, j’aurai presque peur de te casser…
La serrant fort contre son cœur, au comble de l’émotion, elle se dirigea vers l’aubergiste qui était resté à l’écart, sans broncher. Elminrad lui présenta la fille et l’orc son tonnelet qui fit grand bruit en tombant sur le sol de Tranchecoline.
- Tiens, prends-la et emmène-la dans l’auberge.
- Mais et vous ?
- Je sens qu’il va y avoir du grabuge, cette gamine fuyait quelque chose… ou quelqu’un. J’ai dans l’idée que ce quelqu’un pourrait bien pointer le bout de son nez dans quelques instants. Maintenant, dépêche-toi !
- Bien, j’y vais mais… faites quand même attention.
L’aubergiste n’avait pas mis un pied dans la ville, pour se diriger vers son auberge qu’il entendit un cri bestial. Il se retourna et vit apparaître, comme un mauvais présage et tout droit venu d’un mauvais songe, une demi-douzaine d’orcs, à quelques pas du paladin. Six ombres colossales qui ne regardaient qu’une chose : la fille qu’il tenait dans ses bras. Froide et imperturbable, Elminrad était entre lui et les nouveaux venus qu’elle dévisagea un à un. Ces orcs, drapés de noir, étaient sans l’ombre d’un doute responsables de l’état dans lequel se trouvait la fille. En comprenant cela, son regard de grangrefer en fusion s’amplifia et devint flamboyant, comme prêt à lancer des éclairs.
- Lame Ardante, je suppose ? demanda-t-elle d’une froideur rhétorique.
Tétanisé, le vieil orc ne pouvait plus mettre un pas en direction de son auberge tant le spectacle qu’il voyait le terrifiait, le plus petit orcs drapés pointa un doigt vers la fille tout en regardant le vieillard droit dans les yeux.
- Halte-là vieil orc, je ne sais pas où tu comptes emmener ma proie mais je t’averti, ne fais pas un pas de plus où tu goûteras à la colère de la Lame Ardant !
- Ta proie ? fit Elminrad en écarquillant ses terribles yeux en fusion. Immonde bâtard, c’est une vie avant d’être un objet de divertissement, sais-tu seulement le sens de ce mot ?
- Pour être franc avec toi, je m’en contrefiche. Mais comme tu m’as l’air d’une humeur moralisatrice, et que je déteste cela, tu auras l’honneur d’être ma prochaine proie.
Sans répondre à la menace du petit orc, Elminrad tourna la tete de coté.
- Je t’ai dit d’amener la fille à l’intérieur ! Qu’attends-tu ?
- Rien mon amie, j’y vais de ce pas…
- Ils se moquent de nous ! fit un membre de la Lame Ardante. Je vais me charger de ce vieux fossile.
Il s’élança vers le vieil orc mais le Paladin se mit en travers de son chemin pour lui barrer la route. L’orc s’arrêta un instant puis lança un regard interrogateur vers le petit homme. Celui-ci lui rendit son regard et, avec un sourire carnassier, lui répondit par un hochement de tête affirmatif : il venait de lui donner son aval pour tuer tout être inopportun et ainsi idiot pour leur barrer la route. Alors, l’orc dirigea sa course vers Elminrad, sa lance pointée vers elle. Mais Elminrad ne bougea pas d’un cil. Elle regardait avec une étrange inflexibilité le guerrier avancer, pointant son instrument de mort sur droit sur elle.
Juste au dernier moment, elle attrapa l’arme par la pointe de sa puissante poigne d’acier, puis d’un geste puissant, elle l’arracha des mains de l’orc. Celui-ci, emporté par son élan ne put freiner sa course. Elminrad fit un tour sur elle-même et tout en lâchant la lance, elle dégaina l’épée de son fourreau dorsal. Au moment où le barbare allait chuter en avant, elle abattit violemment sa lame derrière la nuque de l’infortuné disciple de Lame Ardente. Ce dernier s’écroula à terre d’une façon paresseuse, sans un souffle de vie. Sa tête alla rouler à quelques pas de l’aubergiste. Avant que quiconque ne réagisse, le vieil homme orc reprit sa fuite en direction de son auberge pour aller mettre en lieu sur la fille.
- Et maintenant chiens de guerre de la Lame Ardente… Venez à moi ! hurla le Paladin.
Le chef de la meute des orcs n’en crut pas ses yeux, un de ses meilleurs hommes venait de perdre la vie d’une façon incroyablement rapide. La peur qu’il ressentait se transforma vite en fascination pour cette femme inconnue. Une question lui brûlait les lèvres, il voulait connaître le nom de sa nouvelle proie.
- Par Sargeras… qui es-tu ?
Mais Elminrad ne daigna même pas répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6160
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Jeu 17 Nov 2011 - 19:18

cheers cheers cheers cheers Soul is back ! cheers cheers cheers

"aussi dur avec moi-même" ??????? C'est excellent....cela n'a qu'un défaut.....tu viens de te charger de harcèlement jusqu'à ce que l'on connaisse....la suiiiiiiiiiiiiite (je n'y croyais plus Wink )

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nalicia
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1809
Age : 39
Localisation : Massy (91)
Date d'inscription : 22/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Jeu 17 Nov 2011 - 20:13

jayjay Cool

_________________

« Les voleurs sont certes haïssables, mais leur intelligence peut surpasser celle de l’homme de bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicemare
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1907
Age : 39
Localisation : 93 but my heart belongs to 34 :)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Jeu 17 Nov 2011 - 20:23

Je plussoie puissance 10000000!!!


Très bonne amorce, tout lu d'un coup mais...la suuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiteeeeeeeeeeee!!!

Ta prose nous manquait, gg cheers

_________________
You think I´m strange because I´m different, I think you´re strange because you´re all the same.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Seigneur
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 251
Age : 48
Date d'inscription : 27/07/2010

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Ven 18 Nov 2011 - 11:43

Digne du grand Soul... cheers cheers cheers la suite la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Ven 18 Nov 2011 - 18:52

Content que ça plaise ! Comme dit plus haut, je 'lai même pas relu tant je le trouvais moyen. Mais bon je vais faire un effort pour la fin... surtout que avec Minos j'ai un fan de plus ! Yeah !

La suite très bientôt ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6160
Age : 49
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Ven 2 Mar 2012 - 18:24

Souleazer a écrit:
La suite très bientôt ! ^^

toujours des promesses, toujours des promesses Cool

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   Ven 2 Mar 2012 - 19:55

Des que je parviens à me faire une vraie nuit de 8 heures, promis, la suite !

...

J'ai de quoi tenir là... au moins plusieurs mois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - DU GRABUGE A TRANCHECOLLINE] PREMIERE PARTIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» résumé général de la première partie
» Compte-rendu premiere partie test
» [3000] Premiere partie skaven
» Affaire L.D.S.H. [Premiere Partie]
» Partie test de D&D 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Soul-
Sauter vers: