Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland)

Guilde world of warcraft (wow)
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 2:49

Bon bah vala... j'ai encore récidivé, il est presque 2h du mat' et je suis naze, j'espère que vous aprecierez l'effort de votre serviteur ! ^^

Bonne nuit quand même !


Dernière édition par le Mer 28 Nov 2007 - 11:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 2:50

LES CHIENS DE LEZARD NOIR

PREMIERE PARTIE : LA CHUTE DE BERTAGA


Sstevee - Stfane - Berta(ga) - Nicemare

Assis sur un talus recouvert de mousse humide et pourrie dans une petite clairière de Plaguewood, Bertaga le Tauren, capitaine d’un détachement de la guilde du Lézard Noir fort d’une quinzaine d’hommes, fumait tranquillement sa pipe et savourait ce moment de tranquillité. Le calme après la bataille, le repos du guerrier. Mesurant une bonne vingtaine de centimètre, le tuyau de sa pipe de bois, parfaitement droit, ne se courbait pas à son embouchure. Les lèvres pincées de ce druide sans age épousaient à la perfection ce dernier, alors que niché au creux de sa main droite, le fourneau, rendu brûlant par la combustion de l’herbe, laissait échapper une odeur boisée, délicatement fruitée et tellement enivrante, il regardait droit devant lui, à une quinzaine de mètres, fixant cette femme qui fut à deux doigts de tenir en échec son escouade pourtant surentraînée.
– Mon capitaine, que devons nous faire maintenant ? Levons-nous le camp ?
Debout, à ses cotés, l’un de ses homme le regardait d’un air perplexe. Curieux de connaître la suite des opérations alors qu’il venait tout juste d’arriver sur les lieux, le sergent Sstevee, archer talentueux mais dévoré par l’ambition ne pu s’empêcher de lui adresser la parole d’un ton neutre. Les yeux fermés, il aspira une longue bouffé de fumée puis la recracha sous forme d’anneaux. La fatigue le tenaillait et il ne désirait qu’une chose, revoir les prairies de Mulgore et avec elles son épouse, son tipi mais surtout cet enfant, bénédiction des esprits, qui venait de naître. Maugréant, il choisit de répondre immédiatement pour ne pas faire attendre ce gredin qui lui servait d’aide de camps.
– Pas encore l’archer… il me reste une petite chose à régler…
Ouvrant les yeux, il se releva puis s’étira longuement, en insistant bien sur ses vertèbres endoloris par sa pause. Ses os craquèrent les uns après les autres et alors qu’il posait sa pipe encore fumante sur le talus qui lui avait servit de siège jusque là, il secoua la tête pour tenter d’échapper à cette si douce impression de bien-être que laissait son herbe à pipe une fois fumé. Se tournant vers son aide de camps qu’il dépassait de plusieurs têtes, Bertaga le toisa d’un air d’un air fatigué mais pourtant dur.
– Sstevee, commença-t-il. Maintenant que nous avons récupéré la missive que cette folle furieuse gardait, nous pouvons enfin rejoindre le point de ralliement. Avant cela je vais aller jeter un œil sur les différentes clairières qui nous ont servie de champs de bataille, pour voir s’il y a des survivants… sitôt fait… je repasse vous cherchez, toi et Stfane, et nous pourrons enfin mettre les voiles de cette foret maudite. Stratholme n’est pas loin et le Fléau tout proche, je serai rapide, je ne veux récupérer sans perdre une minute, je serai donc revenu très vite, D’accord ?
Acquiesçant, l’aide de camps fut surpris de voir comment son chef le regardait. Droit dans les yeux, il voyait constamment fuir son regard en biais et ainsi, Bertaga ne lâchait jamais du regard cette femme qui avait servie de messager. Plus morte que vivante, elle demeurait debout malgré la cuisante défaite qu’elle venait d’essuyer. Ayant tout perdu, elle ne pourrait jamais guérir de telles blessures et quand bien même, elle resterait forcement gravement handicapé. Ainsi, Sstevee se demanda pourquoi elle se battait de la sorte, refusant que la mort vienne libérer son âme de ce corps meurtri qui se résumait à n’être qu’une prison, le seul obstacle pour enfin attendre la délivrance.
– Pourquoi s’entêter de la sorte, murmura l’archer. Laisse toi mourir…
Même si Bertaga n’entendit pas les chuchotements de son homme, il comprit qu’il portait un jugement critique sur l’état de la femme. Il n’aimait guère ce genre de réactions, surtout venant de quelqu’un qui n’avait pas participé au combat. Combat ? Boucherie plutôt… Bertaga avait vu ses hommes tomber un à un dans un déluge de sang et de larmes, il garderait à vie ce souvenir et en serait hanté jusqu’à ce que les Esprits le libère de son enveloppe charnel. Une tueuse qui avait ôté la vie à des hommes pour la défense d’un simple morceau de papier ne méritait pas la pitié que lui portait Sstevee et pour marquer son désaccord, il toussota d’un air froissé. Comprenant immédiatement ce geste, Sstevee se roidit puis lança la première phrase qui lui vint à l’esprit…
– Et elle cap ? On l’achève ?
– Surtout pas… laissez la se vider de son sang, qu’elle crève à petit feu mais ne l’approchez pas. Restez à plusieurs longueurs et ne la quittez jamais des yeux sinon vous êtes morts.
Sourcillant, Sstevee ne pu s’empêcher de trouver le ton de son chef bizarre. A l’article de la mort, il la décrivait comme une personne qui pourrait encore se montrer dangereuse.
– Tu es sur cap ? Elle n’a pas l’air pourtant en très bon état.
– C’est parce que tu ne l’a pas vu combattre… quatorze de mes hommes ont croisé son chemin et ils sont tous probablement morts… mais regarde la Sstevee… même le corps perforés de dizaines de flèches elle trouve encore la force de respirer… cette femme est un monstre !
Déglutissant avec peine, le mercenaire posa les yeux sur le visage meurtri de ce messager. A une quinzaine de mètres de lui, seule au milieu de la clairière si l’on exemptait la présence de Stfane, toujours à proximité, il se demanda encore une fois comment l’on pouvait encore trouver la force de vivre dans un tel état.
– On connaît son nom ? souffla Sstevee.
– C’est une certaine Nicemare, probablement un pseudonyme d’ailleurs. Elle est rattachée à une petite guilde de gardes du corps de Stormwind. C’est une combattante hors norme qui pourtant n’utilise pas d’arme mais un style de combat bien spécial. Namida-seï-ken quelque chose comme ça. On ne sait pas d’où ça vient ni qui lui a apprit mais une chose est sur, ça lui a permit de tenir tête à la fine fleur du Lézard Noir. Mais c’est tout ce qu’on connaît d’elle. Que ce soit son âge, sa famille ou alors son passé, il nous a été impossible de découvrir quoique ce soit d’autre à son compte… comme si cette femme était un fantôme…
– Un fantôme ?
Un frisson glacé parcouru les membres du mercenaire le faisant tressaillir ; il détestait les fantômes…

Nicemare ne sentait plus aucune partie de son corps ; elle ne ressentait plus rien du tout. Malgré cela, elle tentait par tous les moyens de rester debout. Reluisante de sueur, ses longs cheveux rouges aux pointes aussi noirs que l’ébène collaient à sa peau laiteuse. Ses lèvres roses, gonflées et généreuses, esquissaient une grimace incertaine. Les genoux à demi pliés, une épaule voûtée alors que l’autre demeurait à peu près droite, le regard blanc et respirant par saccades, elle ne semblait plus que l’ombre d’elle-même. Mais qui pouvait la blâmer ?

– Elle me glace le sang, murmura Bertaga. Même une fois coupée la tête de la louve peut encore mordre. C’est pour ça que vous ne devez en aucun cas l’approcher… c’est bien compris Sstevee? J’ai déjà assez perdu d’hommes dans cette histoire sans que toi et Stfane ne subissent le même sort… je risque ma tête dans cette histoire, le Lézard Noir va me demander des comptes pour tous ces morts et il ne faut pas son tableau de chasse s’agrandisse.
– C’est bien compris chef…
Lançant un regard en coin à l’un des derniers hommes qu’il lui restait, qui respirait encore, Bertaga tourna le dos à la clairière et à la femme puis commença à s’éloigner d’un pas lent. Sstevee le regarda partir mais fut surpris de le voir se retourner, au bout de seulement quelques mètres. Il le dévisagea d’un air froid alors qu’il venait à peine d’atteindre la lisière des arbres.
– Une dernière chose mon garçon… si jamais vous la voyez pleurer… courez…
Le conseil fut surprenant et l’archer ne fut pas sur d’en comprendre toutes les nuances.
– Courir si elle pleure ? Pourquoi ?
– C’est très discret et en rapport avec son namida-machin-chose. Si elle se met à pleurer et que vous êtes là pour la regarder, alors vous êtes morts… fait moi confiance. Si tu vois cette tigresse pleurer, cour, ne te pose pas de question et fuit… le plus vite et le plus loin possible…
– C’est… c’est bien compris chef…
Acquiesçant une dernière fois, Bertaga se retourna puis fit les quelques pas qui le séparait de la foret. Alors que son chef frayait un chemin entre les arbres et qu’il disparaissait avec l’agilité propre à ceux de sa race, Sstevee soupira maladroitement puis lança un regard vers son compagnon, Stfane, qui se trouvait dans la clairière, à quelques mètres de cette femme.
– Il faut l’achever sans plus tarder ! lança Stefane d’une voix rugueuse. Peu m’importe le retour de Bertaga ! Il faut la tuer maintenant !
Portant le complet noir qui seyait tant aux mercenaires du Lézard Noir, il la menaçait d’une dague et ne semblait plus tenir en place. Ses yeux injectés de sang lançaient des éclairs et la femme, pourtant au seuil de l’inconscience entrevit de la bave s’écouler depuis sa bouche. Un animal, voilà à quoi se résumait désormais cet homme, une bête en furie, incapable de se contrôler et ne désirant qu’une seule chose : tuer.
– Je veux la tuer ! répéta-t-il. Elle a massacré quatorze de mes compagnons et je veux faire payer cette chienne !
Tremblant de part en part, il se rapprocha à pas mesurés de cette femme qui tenait plus du cadavre ambulant, que de la jeune et belle combattante qu’elle donnait l’impression d’être dans son armure nacré.
– Allez, susurra Nicemare de façon inaudible. Avance… encore… dans… le cercle…
En serrant les dents comme il le faisait, sa mâchoire subissait une pression énorme mais il n’y pouvait rien, seul la haine guidait ses pas et sa raison venait tout juste de céder le pas à l’instinct.
– Je vais prendre plaisir à te voir souffrir chienne…
Stfane s’immobilisa à quelques pas de sa proie, il semblait sur le point d’exploser tellement il désirait la passer au fil de la lame, son compagnon, quant à lui était posté à plusieurs mètres derrière et le regardait d’un air perplexe.
– Trop loin, murmura-t-elle. Approche chien… encore… juste… un peu…
Ses yeux vides ne distinguaient plus rien et seul un semblant d’intuition la guidait pour ressentir la présence de son adversaire le plus proche. Poumons, foie, reins, estomac, tout ses organes vitaux avaient été perforées par des flèches ou des carreaux. Par miracle, seul son cœur demeurait intact et c’est peut-être pour cette raison qu’elle tenait encore debout. La douleur était telle, si implacable, si indicible qu’elle dépassait sa compréhension et en un sens, Nicemare ne la sentait même plus cette souffrance. Elle ressentait seulement la présence de ces pics acérés qui lui lacerait la peau, qui faisait couler son sang depuis de multiples plaies, mais son cerveau ne comprenait même pas le dixième de souffrance que lui proférait pareilles blessures. Contrainte à une presque immobilité, si elle se déplaçait en allant à la rencontre de ses agresseurs, elle accélérerait la déperdition de sang et finirait par mourir. Quoique à ce rythme, elle n’en avait guère pour très longtemps à vivre mais chaque seconde comptait… si elle pouvait tuer et faire payer ces chiens de mercenaires… cela valait bien la peine de retarder un maximum sa mort…
– Allez femme, fit Sstevee. Tu as tout perdu alors meurs pour de bon que l’on puisse rentrer…
Petite frappe et accessoirement nouvelle recrue au sein du Lézard Noir, Sstevee, du haut de ses trente-deux ans se fichait pas mal que cette traînée est tuée ses compagnons d’armes. L’arc en bandoulière et les bras croisés, la seule chose qu’il voulait étant faire du profit et évoluer au sein de sa guilde, cela l’arrangerait d’autant plus si Stfane se faisait tuer des mains de cette femme, de cette façon, il pourrait hériter de sa part. Cependant, leur chef venait de partir et il trouverait suspect de quitter les lieux en laissant deux guerriers et revenir pour n’en trouver qu’un seul. On pourrait l’accuser d’avoir exécuté son compagnon et cela jetterait le discrédit sur lui…
– Maudit soi ce stupide code des mercenaires, grogna-t-il en baissant les yeux. Si cet empoté de Stfane se fait tuer… tout le monde m’accusera et adieu la belle vie… plus personne ne voudra faire équipe avec un traître…
Donnant un coup de pied dans une motte de terre, Sstevee releva les yeux en entendant soudainement son compagnon hurler.
– Stfane !
Dans un premier temps, l’archer eut peur de tomber sur le corps agonisant de son comparse mais ce dernier se tenait toujours au même endroit, il levait son arme et s’apprêtait à frapper.
– Stfane ! Arrête immédiatement ! Imbécile ! Tu vas te faire tuer !
– Ferme-la le nouveau ! beugla-t-il sans se retourner. Elle est à moi ! Cette chienne est à moi ! Mes compagnons réclament vengeance !
– Tes compagnons sont morts idiot ! Et c’est ce qu’il va t’arriver si tu t’approches trop de cette diablesse !
Avançant d’un pas, Sstevee prit son arc en main puis l’arma d’une flèche. Si son confrère venait à mettre sa vie en péril, un dard acéré dans le genou saurait sûrement calmer ses ardeurs.
– Si tu fait quoique se soit d’idiot Stfane … je te transperce la jambes…
– Pourquoi veux-tu m’arrêter ? Tu est de son coté Sstevee ?
– Ne dis pas n’importe quoi ! Tu l’as dit toi même, cette tigresse à déjà massacré près d’une quinzaine de nos camarades, inutile d’embellir son tableau de chasse ! Même tranchée la tête du loup peut encore mordre… il faut attendre… le temps finira bien par avoir raison d’elle !
Crachant avec mépris, le mercenaire leva son bras armé à l’horizontal, comme annonciateur de son prochain coup. Il fit le dernier pas qu’il le mettait à porter puis ce fut le déclic.
« Il est à porté… »
Le cerveau de Nicemare, partagé entre douleur et haine, parvint à déceler la présence du mercenaire en un éclair, il transmit ses informations. Levant sa dague, Stfane stoppa net son attaque lorsqu’il vit, des yeux de la femme, deux flots de lumière azurée s’écouler. Des larmes… elle pleurait ? Après avoir endurée tant de souffrance, après avoir perdu l’enfant qu’elle devait protéger, reçu toutes ses flèches sans broncher et pourtant continuer le combat… elle pleurait… Stfane ne pu s’empêcher de rire aux éclats en voyant cela…
– Eh Sstevee ! appela-t-il en se retournant. Tu sais ce qu’elle fait ta louve ? Elle chiale ! Elle chiale comme une pucelle ! On dirait qu’elle me supplie…
– Quoi ? Elle pleure ?
Surpris par une telle réaction, il en baissa son arc puis toisa son compagnon d’un regard nouveau. En un éclair, il se souvint de la dernière mise en garde de son chef…

Si elle se met à pleurer et que vous êtes là pour la regarder, alors vous êtes morts…


Dernière édition par le Jeu 29 Nov 2007 - 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 2:52

Sstevee devint livide alors que Stfane, lui, n’en pouvait plus de s’esclaffer.
– Vite ! lança l’archer. Stfane ! Il faut fuir ! Bertaga a dit que…
Mais il ne l’entendait même pas, trop occupé glousser. Presque hystérique et tournant le dos à sa proie, il riait de plus en plus fort et ses propres yeux ne tardèrent pas à s’embuer de larmes.
– Ne fais pas l’imbécile ! insista Sstevee. Il faut que…
– Je ne te comprend pas, interrompit-il, toujours hilare. Je ne vois pas de quoi tu as peur en…
– L’Enfer te tends les bras chien de Lézard Noir ! fit soudainement une voix qu’il ne pensait plus entendre.
Le temps n’existait plus. Sous l’effet de la surprise, Stfane senti son cœur s’arrêter et tout devint flou. Le paysage lui-même perdit ses couleurs pour se couvrir de gris. Pétrifié, il trouva pourtant la force de se retourner mais ce qu’il vit lui glaça le sang. Face à lui, la femme n’était plus ce cadavre sans vie qu’elle donnait l’impression d’être il y a de cela un instant, ses yeux venaient de retrouver leur éclat d’entant, haineux et rougeoyants d’aversion, ces même yeux le fixait désormais… Stfane comprit alors qu’il ne serait pas en mesure de venger ses camarades tombés…
Nicemare avait tout perdu et elle savait que sa dernière chance lui tendait les bras, maintenant ou jamais, elle pouvait bien mourir mais au moins, elle emporterait dans sa chute les auteurs de sa défaite. Puisant dans les tréfonds de son corps pour y trouver l’énergie suffisante, dans un geste autant vif que gracieux, elle colla ses doigts les uns aux autres et plaça ses pouces contres ses paumes de façon à transformer ses mains en deux instruments de mort. Elle les fit alors glisser sous ses yeux et étala sur ses index tendus le flot azuré que cet imbécile de mercenaire avait pris pour des larmes. Au contact de sa peau, le liquide bleu s’illumina et se liquéfia ; Stfane ne comprit même pas de quelle façon il moura. Immobile alors qu’elle s’exécutait, Nicemare plongea sa main tendue vers le torse du mercenaire puis le perfora aussi facilement qu’un couteau aiguisé découpe un quartier de viande. Elle pris soin de détruire son principal organe vitale, son cœur, pour n’avoir à frapper qu’une seule fois. Dans un gargouillis répugnant, Stfane, alors qu’il se sentait mourir, trouva pourtant force de parler et de questionner son assassin.
– Comment peux-tu, bafouilla-t-il. Tu étais à ma merci… il me suffisait de t’achever !
– Croyais-tu vraiment…
Elle s’interrompit alors qu’un douloureux spasme l’étreignit. Crachant en abondance du sang, elle ferma les yeux pour tenter de se concentrer, il ne fallait pas qu’elle meure, pas tout de suite. Faisant le vide autour d’elle, Nicemare laissa son esprit finir à la place de sa bouche ensanglantée.
– Chien de mercenaire, croyais-tu vraiment pouvoir réussir là ou quatorze de tes compagnons on échoués ? C’est moi désormais qui prends plaisir à te faire souffrir…
– Tu parles dans ma tête ! Sorcière !
– Je conçois que communiquer ainsi puisses-te dérouter mais pour ce qui est de sortir de ta tête, n’ai crainte je vais le faire d’ici peu car je suis en train de mourir… mais malheureusement pour toi… tu mourras avant moi !
– Je te maudit démone ! Puisses-tu brûler pour tes crimes !
– Mes crimes ?
Nicemare sentit une haine nouvelle l’étreindre. On l’accusait d’être une criminelle alors qu’elle n’avait fait que se défendre contre un agresseur en surnombre ! Hurlant toute sa colère, elle retira sa main rougit par le sang puis tournant sur elle même, en se servant de toute la vitesse de son élan, elle frappa de sa main tendu, du coté ou ses larmes s’étaient figées. Au niveau de la gorge du mercenaire, le coup glissa à travers avec une déconcertante facilité, sans même laisser une trace. Continuant dans sa course, de son autre main, elle donna un coup violent avec toute la force de sa paume. Dans un mouvement autant rapide qu’incompréhensible, la tête du mercenaire fut séparée de son corps, ne laissant à sa place qu’une trace bleutée, une coupe parfaite et un geyser écarlate qui s’éleva à plusieurs mètres de haut. Le visage couvert de sang et à deux doigt de mourir, Nicemare jubilait pourtant et poussa un cri infernal pour marquer la chute de sa proie.
– Que m’importe ta malédiction canaille ! Toi et tes amis ont eu tort de s’attaquer au démon que je suis !
A l’écart de la scène, Sstevee n’en croyait pas ses yeux. Stfane était mort et maugréant contre la bêtise de son compagnon, il banda son arc et dirigea toute sa colère contre cette femme.
– Diablesse ! Cela ne te suffisait pas ! Il fallait que tu nous massacres tous ! Les uns après les autres !
– Exactement ! hurla-t-elle. Vous… je vous… ne méritez que la mort !
Elle n’en pouvait plus, cette torture sans fin, cette douleur qui lui électrisait le corps, elle voulait mourir ! Jaillissant avec profusion depuis sa bouche, le sang n’en finissait plus de couler, que se soit depuis ses plaies ou d’autres orifices naturelles tels ses oreilles ou ses yeux. Mais par le biais d’une vision écarlate, Nicemare entrevit que l’archer s’apprêtait à attaquer, elle donna un violent coup de poing dans le corps sans vie de Stfane pour qu’il bascule à terre. Alors qu’il amorçait sa chute, la femme abattit sa main gauche sur le bras qui serrait toujours la dague pour le sectionner. De sa main droite, elle attrapa le membre armé puis effectuant un nouveau tour sur elle-même pour se donner de l’élan, elle lança l’arme et le bras en même temps sur l’archer. Ecarquillant les yeux en voyant ce qui arrivait dans sa direction, Sstevee tira son trait de bois et d’acier, incapable de bouger le moindre muscle car déjà persuadé d’être mort.
La flèche et la dague se croisèrent et arrivèrent presque synchrone à destination. Tiré avec précision et force depuis l’arc du mercenaire, le trait fusa et se planta entre les autres flèches, en se frayant un chemin jusqu’au seul organe vitale encore intact de la femme : son cœur. Le transperçant de part en part, Nicemare écarquilla les yeux sous le coup de cette nouvelle douleur et lâcha un cri étouffé en tombant lentement à genoux… apparemment…. c’en était trop et elle ne pu supporter la perte de son dernier organe vital. Son regard se couvrit de nouveau de ce voile gris, ses yeux devinrent livides, sa respiration disparu peu à peu et un ultime flot de sang jaillit depuis sa bouche… elle était morte.
Esquissant une grimace douloureuse, Sstevee posa la main sur la dague qui venait de finir sa course, profondément plantée dans son épaule. Il s’en était fallut de peu, à quelques centimètres, la mort l’aurait fauchée sans pitié, comme elle venait de le faire pour cette redoutable combattante… du moins… c’est ce qu’il espérait…
– C’est terminé…
Jetant un regard sur la garde de l’arme logé dans son épaule, il ne pu s’empêcher de sourire amèrement en voyant l’avant-bras d’ Stfane qui l’étreignait toujours. En un mouvement lent, il l’attrapa puis l’extirpa douloureusement de son corps. Suant comme un animal pris en chasse, Sstevee jeta la lame et le membre puis soupira longuement. La morsure que l’acier venait de laisser sur son corps lui faisait un mal terrible, ce n’était pourtant pas la première fois qu’il endurait ce genre de chose, bien des fois, il s’était retrouvé avec pareilles blessures mais cette fois-ci, quelque chose n’allait pas… la souffrance était différente…
– Que se passe-t-il… est-ce que cette dague possède quelque chose de spéciale ?
Haletant, il comprit soudainement la source de la douleur en jetant un œil à l’arme qu’il venait de jeter. La lame, recouverte de son propre sang rougeoyait mais il entrevit autre chose. Oxydée, elle brillait d’un sinistre éclat violet…
– Il semblerait que cette tigresse soit enfin morte et alors que je suis le seul survivant… que je suis l’instigateur du coup de grâce… le seul à demeurer debout… pourquoi… pourquoi Stfane … pourquoi a-t-il fallut que tu t’armes avec une dague empoisonnée…
Déglutissant avec peine, Sstevee lança un dernier regard à la dépouille agenouillée de la femme avant de tomber à terre, le corps agités de spasmes douloureux et la bave aux lèvres.

Bertaga n’en croyait pas ses yeux. Tous morts. Ses hommes, ses amis, ses compagnons avec qu’il avait partagé tant de missions, tant de moments, tous morts. Même Sstevee et Stfane n’avaient pas survécut. Plus de traques, de pièges, de poursuites, plus rien n’existait, seul restait la souffrance ; et une haine profonde de l’hypocrisie qui lui faisait vivre cet enfer. Tout cela il le devait à une seule personne… et si Nicemare n’était plus de ce monde pour subir tout la violence de son courroux, il demeurait une seule et unique personne toujours en vie, à l’abri dans son repaire… fouillant dans sa poche, il prit entre ses gros doigts la lettre volée à cette furie et lui lança le plus haineux des regards.
- Alors c’est pour ça ! C’est pour ce morceau de papier que sont morts tous mes amis !
Chiffonnant la lettre, il la jeta en l’air et invoquant un éclat lunaire, il la réduisit en cendres. Il sentit sa rage croître et dans un excès de colère, il porta la main au tabar qui recouvrait son torse et l’arracha en hurlant sa rage et sa haine. Le jetant à terre, il le piétina sans vergogne et cracha tout son mépris sur le bout de tissu déchu.
- Maudit sois-tu Lézard Noir ! Tu as eu ma vie mais tu n’auras pas mon esprit ! Si la folie n’épargnera pas mon cœur, elle ne touchera pas mon esprit ! Bertaga est mort avec ses frères dans cette maudite clairière ! Désormais seul Berta le druide est en vie ! Et Berta le druide se vengera de toi…
Les yeux pleins de larmes, ivre de chagrin, il courut à travers Plaguewood. Se cognant aux troncs morts et pestiférés, il ne sentait nullement la douleur, il ne ressentait que la haine. Au moment de sortir du bois maudit, alors qu’il tombait nez à nez avec une patrouille de goules et de squelettes du Fléau, il se métamorphosa en corbeau et pris son envol vers l’ouest. L’heure n’était pas encore à la vengeance, le Lézard Noir aurait vite vent de cet échec et il ne le laisserait pas impuni. Berta devait d’abord mettre sa femme et son fils hors d’attente et une fois cela fait, trouver de puissants alliés pour l’aider à assouvir son désir de vengeance qui ne visait qu’une seule personne : le Lézard Noir en personne…

Bien loin d’imaginer qu’il serait aidé dans sa vendetta par Sstevee, Stfane et même une Nicemare privée de ses pouvoirs ; tous devenu Réprouvés de Sylvanas, Berta murmura une prière pour les esprits de ses camardes tombés et redoubla d’efforts alors que les Clairières de Tirisfal apparaissaient à l’horizon…


Dernière édition par le Jeu 29 Nov 2007 - 11:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelfete
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 929
Age : 33
Localisation : Près du soleil
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 10:38

bertaga = fraise tagada? Smile

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 11:02

Je savais que tout cela c'était la faute à Nice !!! Razz Razz

Moralité : Quand une femme pleure ==> Cassez vous sinon gros ennuis xD

Bon nice a promis de me verser une indemnité mensuelle en dédommagement....et elle a accepté de le faire en rente viagère (en oubliant que j'était Undead... Twisted Evil )

Encore une fois un tout gros GG Soul !! cheers ...la suite (oui, je sais, la pression...) Very Happy

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morvaa
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 13:19

GG!!!! la suite la suite la suite lol! lol! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicemare
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1907
Age : 40
Localisation : 93 but my heart belongs to 34 :)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 13:31

Oui, je sais , c'est toujours de ma faute... C'est pour ça que je need tjrs pierre de rez sur moi Ssteeve l'a compris Wink


Néanmoins je trouve ce défoulement envers les démos inacceptable : je propose donc de bannir Clari affraid

Rhoo mais non, c'était pour de rire ^^

Je me demande bien qui peut être ce mystérieux Lézard Noir...


@ Ssteeve : oui, et heureusement que moi aussi je suis undead pour pouvoir ne pas te dédommager à vie car je te signale que j'étais sur le point de dominer le monde là... groumpf Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 14:16

Nicemare a écrit:

@ Ssteeve : oui, et heureusement que moi aussi je suis undead pour pouvoir ne pas te dédommager à vie car je te signale que j'étais sur le point de dominer le monde là... groumpf Evil or Very Mad

Bon oki, une partie du Monde suffira...comme accompte Wink

/kissou

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bouilles
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 1146
Age : 39
Localisation : Aspach-le-Bas (68)
Date d'inscription : 21/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 15 Oct 2007 - 19:54

Waouh gg, allez la suite Wink

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 18 Oct 2007 - 0:46

trop bon Very Happy
Maintenent vu comme tu a bien commencer=>va falloir finir Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Mer 21 Nov 2007 - 23:50

Nicemare a écrit:
Je me demande bien qui peut être ce mystérieux Lézard Noir...

J'y travail ^^ mais je peux pas dire grand chose...

Sauf peut-etre que Sstevee va se faire botter les fesses en toute beauté ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morvaa
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 22 Nov 2007 - 10:11

needddddddddddddddddddd voir cet horrible créature cheaté se faire beauté les fesses de facon humiliante Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Souleazer
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 915
Age : 36
Localisation : Silent Hill (60500)
Date d'inscription : 28/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 22 Nov 2007 - 11:22

vi vi ça arrive ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 22 Nov 2007 - 13:29

Souleazer a écrit:
Nicemare a écrit:
Je me demande bien qui peut être ce mystérieux Lézard Noir...

J'y travail ^^ mais je peux pas dire grand chose...

Sauf peut-etre que Sstevee va se faire botter les fesses en toute beauté ^^

Soul Evil or Very Mad .... ... .... .... .... ....J'ai en main le document ou ta cotisation est multipliée.....réfléchi !!!! Tu peux encore éditer ton projet hein ! Evil or Very Mad

P.S. : Combien je dois te payer pour que qq part dans l'histoire je botte les fesses de Morvaa ? Twisted Evil

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eranos
Seigneur
Seigneur
avatar

Nombre de messages : 354
Age : 31
Localisation : Cholet 49
Date d'inscription : 24/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 22 Nov 2007 - 13:49

je veut apparaittttreeeuuuhhhhhhhhh T_T sinon j'adore ton style d'écriture, continu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
morvaa
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 146
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Jeu 22 Nov 2007 - 13:53

mdr cest du chantage soule ne céde pas je te protégeré né crainte .

déjas tu ne pourra jamais me botter les cars les magos domine les démo
et que le cul de mon elfe engloutira ton pied et tout ton corps lol! lol! .réfléchi bien avan de disparaitre dans le néan Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sstevee
Admin
avatar

Nombre de messages : 6162
Age : 50
Localisation : Hips ! Locali quoi ?
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 30 Juin 2008 - 17:09

Connaissiez-vous le fan club de Berta ?????

http://eu.wowarmory.com/guild-info.xml?r=Uldaman&n=Viva+Bertaga&p=1

^^

_________________
Sstevee, Bremen & Co
Un démo, cela n'est pas "cheaté", un démo c'est....talentueux !
L'hôtel des ventes est la seule forme de PvP équilibrée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nelfete
Roi
Roi
avatar

Nombre de messages : 929
Age : 33
Localisation : Près du soleil
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Lun 30 Juin 2008 - 23:00

Arf je suis dévoilé c'est ma guilde reroll

mdr

Vive Bertaga

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jorga
Divinité
Divinité
avatar

Nombre de messages : 2782
Age : 50
Localisation : Latitude : 43.5 Longitude : 1.3 Alt. moy. : 170
Date d'inscription : 02/02/2007

MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   Mar 1 Juil 2008 - 13:39

gg !

_________________

Sans l'ombre d'un doute.

Lien : Organisateur des sorties raid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP - LES CHIENS DE LEZARD NOIR 1] LA CHUTE DE BERTA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ou trouve t'on le lezard noir
» L'ost flamboyant de Neitsabes
» [BackG] La prophétie de la chute
» Anti-tactiqua elfe noir
» Donne petits chiens noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le conclave des ombres (Hyjal@Pandaland) :: wow en général :: Role play / artistique :: WoW selon Soul-
Sauter vers: